Aller au contenu principal
Le Prix de la Page 111

Le Prix de la Page 111, le plus sérieusement absurde des prix littéraires, édition 2020 en virtuel

Une édition 2020 virtuelle, à suivre sur les réseaux sociaux de Radio Nova.

Par Richard Gaitet

Créé sur Radio Nova en 2012, niché huit saisons durant dans l’émission littéraire Nova Book Box de Richard Gaitet, ce prix très sérieusement absurde récompense chaque année la meilleure page 111 de la rentrée littéraire francophone, en considérant cette page comme une œuvre d’art à part entière, du premier au dernier mot, du premier au dernier signe de ponctuation. En analysant cette page avec des techniques de pointe, en évaluant le style, le vocabulaire, la psychologie des personnages, la qualité des dialogues, les idées véhiculées, son succès potentiel à l'export…

Quand on demande « Pourquoi la page 111 ? », les fondateurs répondent, fidèles à la page 111 de l’édition de poche de la pièce Rhinocéros d’Eugène Ionesco, mastodonte de l’absurde : « Pourquoi pas. »

Jury dévoué, composé de 7 écrivains, 1 traducteur, 1 libraire : Marguerite Demoëte, Richard Gaitet, Bertrand Guillot, Guillaume Jan, François Perrin, Victor Pouchet, Maria Pourchet, Claire Richard, Charles Recoursé et Aude Samarut.

SÉLECTION MAJUSCULE DES 11 PAGES 111 FINALISTES DE L’ÉDITION 2020

Thierry Beinstingel, Yougoslave (Fayard)
Robert Bober, Par instants la vie n’est pas sûre (POL)
Camille Brunel, Les Métamorphoses (Alma)
Magyd Cherfi, La Part du Sarrasin (Actes Sud)
Mathias Enard, Le Banquet annuel de la Confrérie des fossoyeurs (Actes Sud)
Luc-Michel Fouassier, Les Pantoufles (L’Arbre Vengeur)
Oriane Jeancourt-Galignani, « La femme-écrevisse » (Grasset)
Xabi Molia, « Des jours sauvages » (Seuil)
Gilles Ribero, « Clairières » (Allia)
Florence Seyvos, « Une bête aux aguets » (L’Olivier)
Thomas Vinau, « Fin de saison » (Gallimard)

Sensible à la détresse des Français.es, le jury du Prix de la Page 111, dans toute son humanité, n’écoutant que son sens du devoir (malgré le décès de l’émission Nova Book Box qui vit naître et abrita ce rendez-vous extravagant depuis déjà neuf automnes), a décidé de se réunir, au mépris du danger bactériologique, à plus de six, pour établir avec bravoure la sélection ci-dessus.

On y retrouve des pantoufles volées, un chapeau sans tête, des hanches brisées, des étés dansants, un champ de gueules, l’euphorie d’un chien dans le corps d’une dame ivre et éléphantesque, de la boue collante, un canif de fête foraine, des Cro-Magnon, un baiser sur le front d’une mère (ou d’un père).

Cependant, puisque la situation sanitaire internationale nous empêche de nous réunir devant 111 spectateurs pour 111 minutes de débats plein de mauvaise foi dans la cale de la péniche Grande Fantaisie, une CÉRÉMONIE VIRTUELLE a été conçue sous divers couvre-chefs à paillettes pour palier à la sinistrose du couvre-feu. Modalités de la cérémonie virtuelle.

Du 1/11 au 11/11, chaque jour à 11H11 sur les réseaux sociaux de Radio Nova, une vidéo sera postée : elle montrera l’une des pages finalistes lue par un comédien très talentueux, chaque jour différent, filmé dans un joli décor bleuté. Sous cette vidéo, dans les commentaires, trois membres du jury débattront en direct des mérites et des faiblesses de la page. Les internautes seront amenés à donner leur avis, s’ils le souhaitent. En parallèle, des éclats de ce moment (la lecture et le débat) irradieront l’antenne selon des manières qui restent encore à définir.

Le 12/11 à 11H11, l’identité du vainqueur sera proclamée par Bertrand Renard, Arielle Prat et Laurent Romejko, les trois animateurs Des Chiffres et des Lettres, la plus ancienne émission du Paysage Audiovisuel Français.

Prix de la Page 111

Précédents lauréats 

2019 : Thomas Giraud pour Le Bruit des tuiles (éditions La Contre-Allée).
2018 : Sophie Divry pour Trois fois la fin du monde (édition Notabilia).
2017 : Mika Biermann pour Roi. (éditions Anarchasis).
2016 : Jacky Schwartzmann pour Mauvais coûts (éditions La Fosse aux Ours).
2015 : Pierre Senges pour Achab (séquelles) (éditions Verticales).
2014 : Antoine Volodine pour Terminus radieux (éditions du Seuil).
2013 : Alain Julien Rudefoucauld pour Une si lente obscurité (éditions Tristram).
2012 : Jakuta Alikavazovic pour La Blonde et le Bunker (éditions de l’Olivier).

Visuels © Radio Nova / Prix de la Page 111