Aller au contenu principal
La musique électronique sud-africaine a perdu son plus grand ambassadeur : DJ Spoko

La musique électronique sud-africaine a perdu son plus grand ambassadeur : DJ Spoko

L'inventeur de la Bacardi House nous a quittés à 35 ans...

Par Jean Morel

C'est une nouvelle qui nous a profondément marqué lorsque nous l'avons appris ce mercredi. Nous avons perdu M. DJ Spoko, de son vrai nom Marvin Ramalepe, décédé des suites d'une maladie à seulement 35 ans. DJ Spoko naît en 1984, à Tzaneen. C'est près de Prétoria, en Afrique du Sud qu'il ballade d'abord ses oreilles un peu partout avant de s'installer à Soweto où il fréquente son mentor : Nozinja, inventeur du Shangaan electro.

Si vous ne connaissez pas DJ Spoko, savoir qu’il est l’homme derrière les batteries du gigantesque tube de DJ Mujava, « Township Funk », vous éclairera sans doute…Rapidement il cherche sa propre identité musicale et se lance dans son propre son qu’il qualifie de « Bacardi House » , un genre à part entière dérivé du Kwaito, qui lie des batteries quasi militaires à des mélodies up-pitchées (accélérées). Ces batteries si atypiques sont sa signature, sa marque de fabrique qu'on retrouve partout et même dans ses collaborations avec Spoek Mathambo au sein de Fantasma.

Très vite, la rue adoube ses mélodies électroniques des ghettos. DJ Spoko sort ainsi un projet intitulé Cue Marshal, dont le nom provient des chauffeurs de Taxi de Prétoria, et plus précisément du Township dont il vient Atteridgeville. Spoko traquait les taxis avec un bon Soundsystem pour leur faire diffuser ses tapes dans la ville. Nous étions alors en 1998, 17 ans plus tard, il rendait hommage à ces premiers « médias » qui ont diffusé son son. Aujourd'hui c'est à nous de lui rendre hommage lui qui fait exploser les frontières de la musique électronique Sud-Africaine et amené cette nouvelle révolution qui secoue le pays : la Gqom.

Nous avons ainsi retrouvé une archive de 2015, où il se produisait au festival Electropicales, pour un set que nous avions diffusé en direct sur Nova.

Bravo et respect monsieur Spoko.

Visuel : (c) Jake Salyers