Aller au contenu principal
Nouvo Nova : « Can't Put It In The Hands Of Fate » de Stevie Wonder.

Stevie Wonder ressort l'harmonica pour appeler les Américains au vote

Nouvo Nova : « Can't Put It In The Hands Of Fate » de Stevie Wonder.

Par Michael Liot

Chaque jour, Nova met un coup de projecteur sur une nouveauté : le Nouvo Nova vous présente les coups de cœurs de la programmation, afin que vous ne ratiez rien des dernières trouvailles qui nous ont titillé l’oreille. Aujourd'hui : « Can't Put It In The Hands Of Fate » de Stevie Wonder.

Ces derniers jours, notre antenne porte son attention sur un sujet brûlant : les élections américaines. Car si les nouvelles de notre côté de l’Atlantique ne sont pas réjouissantes, celles d’en face nous préoccupent aussi. Dans quelques heures, le peuple états-unien ira s’exprimer aux urnes, s’il ne l’a pas déjà fait par correspondance. Et si le résultat n’est sans doute pas pour demain, l’incitation à aller voter semble n’avoir jamais été aussi forte.

Il faut dire qu’entre la débâcle sanitaire, la nouvelle donne conservatrice à Cour Suprême ou le flux continu de violences policières, les enjeux sont particulièrement importants cette année. Et le monde de la musique s’exprime d’autant plus. Des voix dont l’engagement est connu, comme celles de David Byrne ou Beth Ditto, mais aussi celles de la jeune génération, comme Billie Eilish et Denzel Curry, qui a avoué « n’avoir pas voté aux élections précédentes ». 

Parmi eux, un vétéran de la musique et de l’engagement : Stevie Wonder. La légende du R&B (70 ans cette année) n’avait pas publié de morceau en quinze ans, et le voilà aujourd’hui dépoussiérant piano et harmonica pour reprendre la parole sur ce sujet crucial, urgeant le peuple de prendre leur destin en main. Et si « Can’t Put It In The Hands Of Fate » a tout d’un classique de Stevie, on y trouve la participation de plusieurs rappeurs, à savoir Rapsody, Cordae, Chika et… Busta Rhymes, décidément partout ces derniers temps.

Visuel © « Can't Put It In The Hands Of Fate » de Stevie Wonder.