Aller au contenu principal

Mahalia, la nouvelle étoile de la soul et du R'n'B

À l'occasion de la sortie de son mini biopic "Roots", la jeune prodige britannique de 21 ans raconte son parcours, de sa famille jamaïcaine en Angleterre à son dernier album en date "Love and Compromise"

L'Angleterre continue de s'affirmer comme le nouveau vivier du jazz et de la soul. Mathieu Girod a rencontré au Ninkasi Kao à Lyon, une de ses nouvelles représentantes, Mahalia

Mahalia, la nouvelle étoile de la soul et du R'n'B


Biberonnée par les musiques américaines et par le reggae qu'écoutait sa famille de musiciens et notamment sa mère, une chanteuse d'origine jamaïcaine, la jeune mélomane va très vite reprendre le flambeau.
À 13 ans, elle est signée sur un label et dès lors, Mahalia commence a sortir régulièrement des singles et des EP. 
En 2017, elle se fera connaître au monde avec l'interprétation de son titre "Sober" lors de la session  A Colors Show sur Youtube, qui atteint aujourd'hui plus de 40 millions d'écoutes

Mahalia, la nouvelle étoile de la soul et du R'n'B

Sa soul envoûtante et son r'n'b cosmique va se propager l'année suivante avec son EP "Seasons" qui permettra à Mahalia de faire les premières-parties de Lauryn Hill. Les collaborations vont alors se multiplier. La chanteuse sort en 2018 son nouvel album "Love and Compromise" et en profite pour inviter sur un morceau de sa musique mi old-school, mi futuriste,  la star montante de l'Afro Beats, Burna Boy
Un album riche d'influences et puissant, à l'image de la carrière de l'artiste. 

Mahalia, la nouvelle étoile de la soul et du R'n'B
Midi dans la gueule du monde
Emissions

Midi dans la gueule du monde

par Mathieu Girod
Le samedi de 12h à 14h sur Nova Lyon

Les Espoirs de Coronthie, la fierté du peuple guinéen

Les Espoirs de Coronthie, la fierté du peuple guinéen

Après avoir remis au goût du jour la musique traditionnelle mandingue dans les rues de Conakry, le groupe continue à propager sa musique sur les scènes du monde. 5 albums dont un nouveau en préparation en hommage aux orchestres nationaux des 60's