Aller au contenu principal
L’homme qui voulait prouver que la Terre était plate

L’homme qui voulait prouver que la Terre était plate

Le pourquoi du comment de la mort de Mike Hugues.

Par Thomas Zribi

Pour la Grasse Matinale d'Armel Hemme, Thomas Zribi revient sur un épisode étonnant survenu dans l'actualité : la mort d'un homme qui voulait prouver que la Terre n'est pas ronde. Rien que ça.

Ça s’est passé dans une zone désertique de Californie. Vers 13 heures, Mark Hugues, un astronaute amateur — comme il se définit lui-même — enclenche le décollage de la fusée à vapeur qu’il a fabriquée lui-même dans son garage. Et voici ce qui se passe.

La fusée décolle, mais le parachute censé amortir le retour vers la Terre se déchire dans la mini rampe de lancement que Mark Hugues a installée sur un camion. La fusée monte, puis redescend à pic et s’écrase. Les gens crient. Mark Hugues est mort.

Mais il n’est pas mort pour rien. Il est mort pour une cause, la sienne. Cet homme était terreplatiste : il croyait que la Terre est plate. Cette croyance, il voulait la prouver avec cette fusée, en capturant des photos depuis le ciel puis démonter le complot qui selon les Terreplatistes, pousse à croire aux globistes/sphéristes, que la Terre est ronde.

La mort tragique de Mark Hugues est donc l’occasion de parler de cette communauté des Terreplatistes, qui sont beaucoup plus nombreux que l’on peut imaginer. Selon plusieurs sondages, 16 % des Américains soit 1/3 des 18-35 ans, pensent que la terre est plate. En France, ils sont 9 % à avoir des doutes.

Ils ont, entre eux, un signe de ralliement.

Aux États-Unis, il existe même une conférence annuelle des Terreplatistes, où le public hue Neil Amstrong et Buzz Algreen, les premiers hommes à avoir, « soi-disant » comme ils disent, marché sur la lune. Sur place sont aussi vendus des petites terres plates en plastique.

Également, ils ont, entre eux, un signe de ralliement : ils positionnent un bras plié devant leur buste, à la manière d'un salut militaire, mais en bas. Et surtout, durant cette conférence, est expliqué que la Terre ronde est un complot de la Nasa qui cherche à cacher la vérité. Il s'agirait d'une conspiration internationale visant à manipuler plus facilement les hommes.

Leur idée est, qu’au bout de la Terre, il existe un mur de glace au niveau de l’Antarctique, et que derrière, se cache peut-être quelque chose d’autre.

Au Brésil, les terreplatistes sont encore plus représentés.

Cette théorie est surtout populaire chez les religieux et en particulier chez les évangélistes. Selon eux, comme Dieu a d'abord créé la Terre et le ciel puis l’homme à son image, toutes les histoires autours d’univers, de singes, et d’étoiles lointaines ne tiennent pas la route. La terre est donc plate, et c’est le soleil qui tourne autour.

Au Brésil, où les évangélistes sont surpuissants, les terreplatistes sont encore plus représentés. La référence intellectuelle du gouvernement d’extrême droite de Bolsonaro est un homme qui s’appelle Olavo de Carvahlo, qui prétend que la terre est plate, que la cigarette est bonne pour la santé, et que Pepsi utilise des fœtus avortés pour sucrer ses boissons.

Les terreplatistes sont partout et même chez les célébrités.

Il n’y a pas que les évangélistes qui sont convaincus. Il y a deux ans, un prédicateur musulman saoudien a fait beaucoup parler de lui en affirmant que la terre était plate et qu’elle ne tournait pas, sinon, « il suffirait, pour aller en Chine, de décoller en avion tout droit, d’attendre que la terre tourne toute seule puis de redescendre au moment où l’avion arriverait naturellement au-dessus de sa destination ».

Bref, les Terreplatistes sont partout et même chez les célébrités comme des basketteurs américains ou encore le rappeur B.o.b, qui a même écrit une chanson sur le sujet : « Flatline ».

Grosso modo, en traduisant, on obtient ça : « Vous ne nous aurez plus, utilise ton sens commun, pourquoi la Nasa appartient au ministère de la défense ? La science, c’est une secte remplie de menteurs, et ceux qui pensent que la terre est ronde, allez-vous faire enculer ».

Ainsi, les terreplatistes ont leurs adeptes, leurs prêtres, leur chanson, et depuis ce week-end, leur martyr. Ce qui leur promet sans doute, comme d’autres avant eux, un bel avenir.

La chronique de Thomas Zribi est à retrouver dans Today's Special.

Visuel © Flickr / Kristian Fagerström