Aller au contenu principal
Le surdoué suisse Varnish La Piscine dévoile une comédie musicale absurde et funky

Le surdoué suisse Varnish La Piscine dévoile une comédie musicale absurde et funky

Nouvo Nova : « Cortezz » de Varnish La Piscine.

Par La programmation musicale

Chaque jour, Nova met un coup de projecteur sur une nouveauté : le Nouvo Nova vous présente les coups de cœurs de la programmation, afin que vous ne ratiez rien des dernières trouvailles qui nous ont titillé l’oreille. Aujourd'hui : « Cortezz » de Varnish La Piscine.

Qu’un talent comme celui de Varnish La Piscine reste encore si confidentiel, cela relève de l’inouï, voire de l'injustice. Bien au dessus de la plupart de ses congénères, le surdoué suisse n’en finit pas de nous étonner, attirant autour de lui tout une constellation de rappeurs genevois sous l’égide du label Colors Records: soient Di-Meh, Slimka ou encore le percutant Makala.

L’année dernière, Varnish nous avait conquis avec Le Regard qui tue, véritable OVNI musical présenté comme un livre audio, un hommage loufoque aux films noirs et à la science-fiction. Le voici de retour avec un nouvel objet à la mesure de son ambition cinéphile : Les contes de Cockatoo, moyen-métrage réalisé par ses soins et disponible en intégralité sur Youtube. Une histoire absurde de gangsters et de règlements de compte dans le milieu du rap (on y trouve notamment ses potes Makala et Rico dans une version tarantinesque d’eux-mêmes), qui sert notamment de prétexte à une bande-son impeccable.

On y retrouve l'inimitable groove hybride de Varnish, à mi-chemin entre Pharrell et Steve Lacy, navigant avec insolence du funk à la bossa, en passant par le hip-hop et le jazz. En témoigne le sémillant « Cortezz », une ode au modèle de chaussures du même nom paru chez Nike.

Les contes du Cockatoo se regarde en intégralité ici:

La bande originale, elle, s’écoute ici, rassemblée sous le titre peu compendieux, Metronome Pole Dance Twist Amazone :

Visuel © Les contes de Cockatoo de Varnish La Piscine