Aller au contenu principal

M'Toro Chamou, le porte-parole de la révolution musicale de Mayotte

Créateur de l'Afro M’Godro Blues Rock, le chanteur et guitariste mahorais chante son île en fusionnant les traditions de l'Océan Indien avec le groove du Mississipi

Lors du Festival au Fil des Voix, Mathieu Girod s'est rendu au 360 Paris Music Factory pour rencontrer M'Toro Chamou. Juste après son concert dans ce fameux lieux niché au cœur du 18ème arrondissement de Paris, le musicien rebelle mahorais en a profité pour raconter son histoire et présenter son nouvel album, "Sika Mila" (traduction:  "préserver sa culture").

M'Toro Chamou a grandi dans la ville portuaire de Dzaoudzi, située sur un piton rocheux à proximité de la Petite-Terre, la deuxième île de Mayotte. Son premier pas dans la musique fut les écoutes de disques de rumba congolaise ou de blues américain de son père, un mélomane qui passait son temps libre à réparer magnétophones, radios et tourne-disques. 
Sa vie prend un tournant lorsqu'un de ses voisins, fan de Fela, lui offre sa première guitare. Le gamin des quartiers mahorais devient alors musicien. Après avoir importé le hip-hop dans sa ville avec son groupe M’Tsapéré Power, il va se rapprocher des rythmes traditionnelles de son île (M’Godro, Chengué, Shigoma) qu'il va mêler à ses influences blues et rock. Cette musique, il l'a nomme l'Afro M’Godro Blues Rock et va en faire son arme de résistance. Il adopte alors le nom de "M'Toro" (le marron révolté) et Chamou (diminutif de Chamsidini) et, commence à propulser sa musique panafricaine aux quatre coins de la planète. 7 albums et plus de 20 ans de luttes, de concerts et d'énergie, que l'artiste divulgue au micro de Nova

’esclave qui s’est révolté, et Chamou, un diminutif de Chamsidini

 

Nova dans la gueule du monde
Emissions

Nova dans la gueule du monde

par Mathieu Girod
Le samedi de 11h à 13h sur Nova Lyon

Sekou Kouyaté, le "Jimi Hendrix de la Kora"

Sekou Kouyaté, le "Jimi Hendrix de la Kora"

Le griot guinéen électrise et dote d'effets sa kora pour propulser la tradition mandingue dans le futur

Crédit Photo Nii Okai DJarbeng - Ni Dieux, ni maîtres, ni frontières, les rappeurs FOKN Bois bouleversent la sono-mondiale.

Ni Dieux, ni maîtres, ni frontières, les rappeurs FOKN Bois bouleversent la sono-mondiale

Considérés comme les petits frères de Outkast ou les Monty Python du Ghana, ce groupe trouble l'ordre établi avec leur pidgin rap qu'ils nomment "Gospel Porn"