Aller au contenu principal

Des disques vinyle homemade

Presser des 33-tours maison grâce aux imprimantes 3D

Par Mathilde Serrell

10h sur Nova : l'heure des cultures bricoleuses, hackeuses, et toujours en résistance.

Et aujourd’hui, on vous parlait d’un court-circuit ultime de l’industrie du disque : presser ses propres vinyles grâce aux imprimantes 3D.

Dans son livre tout juste sorti en décembre, Chris Anderson, rédacteur en chef du magazine américain Wired et référence du monde connecté, annonce une nouvelle révolution industrielle : celle des makers – des faiseurs ou des fabricants en français.

Les ordinateurs et les imprimantes 3D se démocratisent : demain, tout le monde aura sa petite fabrique à la maison! Une production complémentaire et inventive dans sa conception, puisque la création collective d’un objet peut se faire comme celle d'un article Wikipedia. Du « crowd machin » ? Oui, du crowdsourcing, car la ressource est dans la foule, littéralement.

C’est tout l’esprit de la culture Do It Yourself (DIY) qui souffle sur cette révolution des makers. Le DIY des punks : se réapproprier les moyens de production, s’extraire du circuit classique de consommation pour produire soi-même les choses que l’on désire, pas celles que l’on nous impose. Alors créer ses propres disques, imaginez un peu…

Nouvelle avancée dans la série des objets fabriqués at home par les imprimantes 3D : le disque vinyle. Il est désormais possible de presser des fichiers audios mp3, wav, aif... sur des disques en plastique. Amanda Ghassaei, du site Instructables.com, a réussi grâce à l’imprimante 3D Objet Connex500 à imprimer des sillons audio sur du vinyle pour recréer des morceaux.


Les Pixies, Daft Punk ou Nirvana : Amanda presse ses classiques et bosse chaque jour sur l’amélioration de la qualité sonore, qui il faut le dire, n’est pas encore au top… Mais bon, c’est du work in progress, et dans quelques années  - c’est-à-dire demain - on pourra diffuser sa musique aussi bien sur Soundclound qu’en vinyle. Toutes les options sont ouvertes.

Sans parler des bootlegs collaboratifs, qui verront le jour pressés en 33-tours grâce à l’imprimante 3D. De beaux objets, de belles expériences créatives en perspecive. Du court-circuit et du circuit court !

En sus, ce côté petit chimiste de l’industrie du disque qui fera kiffer les mômes.

Eh bien, pressez maintenant !