Aller au contenu principal
Ramdam #07

Ramdam #07

Les internets marchent toujours en 2013, permettant ainsi de rire dès le lundi

Par Adrien Gingold

Kikoooo pépère ou bien ou bien ?

Salut les gourmandes !

Salut les jalouses !

Salut les blagueurs !

Salut les fumeurs !

kikoo

Salut les petits puceaux ! Qui sait, 2013 sera peut-être votre année ? 

Bon alors, bien réveillé ? J'ai l'impression que ça dort dans le coin. Ou alors c'est cette histoire d'évasion fiscale qui vous vous a filé un coup au moral ? J'en ai encore vu deux dans un coin improbable. Ils sont fous ces riches.

Et Noël au fait ça a été ? On en a même pas parlé. Bons cadeaux ? Ma soeur elle a trop kiffé le sien. C'est pas la seule je crois. C'était un peu la mode cette année, non ? Je te jure, j'ai cru voir ça chez tout le monde. Truc d'ouf.

Et puis une semaine après, bah c'était le Nouvel An. On va pas faire de suspense hein, je suis encore rentré bien rond. Remarque, autant que je sois dans un état second si c'est pour déjeuner avec ma famille.

Bon alors c'est bon, vous êtes passé par la case "bonne résolution" ? Moi je jure de ne pas lâcher la danse, woullah je crois je tiens un truc.

Bon puis sinon la vie continue hein. On change d'année, toujours la même rengaine mais rien ne bouge. Grand-mère va toujours à son bingo mensuel et les chats continuent à conduire leurs caisses, tandis que les lapins continuent à se faire du gringue. Les petits garçons et les petites filles continuent l'apprentissage des relations hommes / femmes. Tonton Abraham fait du saxophone. Tout seul.

De toute façon, faire de la musique seul, c'est peu notre truc, dans la famille. Tiens moi, à 14 ans, je montais mon premier groupe de heavy metal. Seul. Oui oui.

Ca va, pas la peine de me regarder comme ça. Ho.

Je jouais seul des morceaux qui parlaient de 666, de scarifications et de sacrifices de baleines. Ouais je sais, j'étais pas au top, mais je pleurais ma Hélène, un amour perdu. Elle m'a foutu en l'air. Je n'étais plus rien, plus personne, juste un vulgaire anonyme.

C'est à ce moment là que j'ai décidé que je ne laisserai plus personne se sentir seul. C'est trop dur. J'en suis devenu maniaque. Il fallait que tout soit rangé. Que rien ne dépasse. J'avais l'impression qu'autour de moi, les gens devenaient tous fous. Sur les réseaux socieux, c'était n'importe quoi. J'avais besoin d'air, papa m'a emmené, direction Orly. Je suis allé me retrouver, seul, dans la nature. Les animaux, les marécages, les zoizeaux. J'ai appris à parler une nouvelle langue. Je me suis fait de nouveau amis. Au moins, je n'étais plus là à suivre le groupe comme un mouton.

re-kikoo

J'ai changé. Du coup, je pouvais revenir dans la civilisation. Pour prouver que j'avais pardonné, à tous, mais surtout à moi-même, je ne suis pas revenu les mains vides : j'ai apporté un putain de gâteau. Oui, je sais que certains ont ri des quelques stigmates que j'avais gardés de ma vie loin de tous.

Mais je n'en avais cure. J'étais un sage. Je répandais de bons conseils autour de moi. Il faut dire que j'avais enfin rencontré notre seigneur. Notre guide. Le plus beau, le mieux coiffé... le maître des mignons, en somme. L'homme unique, même si plusieurs ont essayé de l'imiter.

 

Ô oui : beaucoup ont tenté de lui ressembler, peu y sont parvenus.