Aller au contenu principal
« Rio 2096 » : dessin animé plein d’amour et de furie

« Rio 2096 » : dessin animé plein d’amour et de furie

No happy ending.

Par Jean Rouzaud

Enfin un dessin animé anti Disney avec du réalisme, sans happy end ni princesse, sans héros ni exploit. Une grosse équipe brésilienne s’est lancée dans la production d’un film d’animation, racontant l’histoire du Brésil des origines à un futur possible…

Le Brésil, et ses prédateurs

Avec un beau dessin simple mais expressif, entre Hugo Pratt et José Munoz (voir Munoz et Sampayo), ce film nous entraîne, de la jungle primaire vers les drames successifs du pays, du XVI au XXIe siècle.

Des pillards, suivis de soldats, de colons, puis de bandits… Dure histoire qui nous montre bien à quel point le Brésil et sa forêt d’émeraude a toujours été un trésor convoité et volé à mesure du temps. 

Cacao, bois précieux, animaux rares, fruits et émeraudes ont attiré sur ce lieu magique tous les prédateurs. On assiste sobrement aux violences historiques, auxquelles on oppose l’esprit magique des Indiens. 

Quand un indien d’Amazonie meurt, il se transforme en animal, en oiseau, en totem, comme un ange de jungle, pour un nouveau cycle.

Luis Bolognesi, le réalisateur, dit avoir fait appel à des historiens, ethnologues, anthropologues, afin de mettre en scène cette biographie non officielle du Brésil, où des héros d’époques successives tentent de lutter contre les oppresseurs - pilleurs…

Le vrai Brésil, crade et dur ?

Visible de 12 à 88 ans, ce documentaire atypique, loin du carnaval, de la Samba et autres clichés, livre une vision dure, noire, pleine de meurtres et d’injustice, à l’image de la vraie fresque brésilienne.

Primé à sa sortie en 2016, Rio 2096 a le mérite de ne pas prendre les jeunes pour des idiots, et insiste sur le fait d’avoir un peu de mémoire et de vision de ce qui s’est passé et se passe encore.

Le futur du film avec un Rio sous les eaux, comme Manaos au début, mais où le manque d’eau potable est un problème crucial, sonne comme un avertissement : après la terre volée, ce sera l’eau privatisée. Et nous ne serons pas tous métamorphosés en oiseaux, comme les chamans de la forêt. Alors ce dessin animé prévient les jeunes : se motiver et étudier l’histoire, les erreurs passées…

RIO 2096. Dessin animé de Luis Bolognesi (et une grosse équipe !), 2016. Couleur, 16/9, VOST, 75 minutes, Distribution Éditions Montparnasse.

Visuel : (c) RIO 2096