Aller au contenu principal
Le clip magnifique de Romain Gavras pour Jamie XX

Le clip magnifique de Romain Gavras pour Jamie XX

Plus d'un an après la sortie de l'album, Jamie XX sort un nouveau clip.

Par Laura Cuissard

Photo : capture d'écran issue du clip de "Gosh" par Romain Gavras

Si, à force d'écouter en boucle le premier album de Jamie XX, In Colour, sorti l'an dernier, vous vous en êtes lassé, ce petit évènement pourrait donner un coup de fouet à votre relation avec le producteur britannique. En effet, il a publié aujourd'hui un nouveau clip de son titre Gosh, réalisé par le français Romain Gavras, l'artiste qui se cache derrières les clips coup de poing de DJ Mejdi (Signatune), Justice (Stress) ou M.I.A (Born Free).

Le titre disposait déjà d'un clip, réalisé à partir d'images de la Nasa, sorti en avril 2015. Pourtant, depuis hier, le label de Jamie XX, Young Turks, teasait une deuxième version. Aujourd'hui, on a pu lire sur le compte Facebook de l'artiste anglais : "Romain Gavras a réalisé un de mes clips préférés. Je suis tellement heureux que ma musique Gosh lui ait inspiré quelque chose d'aussi incroyable ..."

 

Ce choix de la part de Gavras n'est pas si étonnant : le titre "Gosh" est sans doute l'un des titres les plus puissants et les plus évocateurs de l'album In Colours, une musique anxiogène et urbaine, ambiance ultra-compatible avec l'univers du réalisateur, qui en 2008 déjà, filmait la banlieue de manière ultra-violente (essuyant au passage quelques polémiques). Dans cette version du clip de Jamie XX, celui qui a pu dire que son métier n'était pas de rassurer les spectateurs met en scène une ville quasi déserte faite de barres d'immeubles, d'écrans, de néons et où l'on croise une tour Eiffel squelettique (qui existe réellement en Chine).

Et comme dans le clip Born Free de M.I.A. sorti de 2010, on retrouve sa fascination pour les gens de la marge. Cette fois-ci, il ne s'agit pas de roux persécutés, mais de jeunes adultes atteints d'albinisme et esseulés, à moitié assoupis et adoubés par une bande de garçons peroxydés dont la démarche rappelle les défilés de Kim Jong Ill. La vidéo se termine sur une danse finale, une transe similaire à certains rituels soufis.