Aller au contenu principal
Creedence Clearwater Revival, le rock des marais

Creedence Clearwater Revival, le rock des marais

Plongée dans le swamp rock.

Par Jean Rouzaud

Cette fois c’est avec CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL, un groupe californien au son Roots et aux chansons engagées, que l’éditeur « Le mot et le reste » offre une période emblématique d’un grand genre musical : la chanson engagée, le protest song… 

A la fois Blues, Folk, Pop, Rock et finalement aussi Country, les CCR ont concocté une soupe ou le Bayou, le Vaudou, le Folk des petites gens, la mémoire des Hoboes et des Bluesmen sont les épices de base. Ce groupe, très oublié, à été mondialement plébiscité à cause de son image pure et brute de décoffrage. Chemise à carreaux, Jeans BOOTCUT et botte de foin sur la tête. Anti branché.

Bien que Californien, ils rêvent du Delta du Mississipi, se veulent de simples pères de famille, loin du psychédélisme et de la défonce.

Avec des titres Comme BORN ON THE BAYOU, ou PROUD MARY, c’est la consécration à la fin des années soixante : ça fait dix ans qu’ils galèrent, ils ont tout connu des misères de groupe fauché, acceptant tous les boulots…

 

 

Leur avide producteur les avait même associés à un jouet : le GOLLIWOG (une petite poupée de petit noir endimanché !! La honte absolue, pour des gens qui allaient devenir les rois du PROTEST SONG)

C’est JOHN FOGERTY, multi instrumentiste et grand songwriter qui va les sortir de là, à force de travail et de talent . Mais au passage il va un peu écraser son frère tom et les deux autres Creedence : Stu et doug.

Unique : John partage les droits de ses nombreux tubes avec les 3 autres, mais trop de succès et de royalties vont semer la confusion. Il y aura une longue lutte avec leur label Fantasia et son mentor Saul Zaentz, qui rêvait de produire des films. (Il fera « Vol au dessus d’un nid de coucou » et « Amadeus » entre autres...)

John Fogerty est un auteur tourmenté, mais habité, il a surclassé ses partenaires sans le vouloir, et s’est trouvé pris entre famille, carrière et amitié : le pire mélange. L’histoire de Creedence est bouffée par ces disputes, mais à juste titre :

Comment un producteur dont vous avez fait TOUTE la fortune peut il exiger de vous deux LPs par an, soit 24 titres ! Même si John Fogerty et ses 3 compères avaient signé aveuglément..

Les procès répareront en partie ces abus du business américain.

Ce livre fait réfléchir sur les misères et le sort d’un musicien à succès, mais qui ne veut rien lâcher. Contre le Vietnam mais avec les vétérans, dénonçant les politiques, aidant les indiens, et présent sur beaucoup de causes, mais à l’ancienne : pas de médias, mais des concerts.

Ecoutez au moins une fois un de leurs grands titres, devenus classiques. Ça m’étonnerait que leur son ne vous fasse aucun effet.

 

 

 

Creedence Clearwater Revival . par Steven Jezo Vannier . édition Le Mot et le Reste. 260 P . Discographie complète.( avec illustres NetB)