Aller au contenu principal
Quand le diable hantait l'Underground

Quand le diable hantait l'Underground

Kenneth Anger, Mage Hippy ?

Par Jean Rouzaud

Avec la ressortie d’un double DVD sur KENNETH ANGER, le cinéaste sulfureux de l’underground californien des années 60 et 70, on replonge dans l’ univers de sciences occultes, de signes magiques et de décadence sulfureuse qui agitait certaines colonies hippies. 

Photo: ® Pål Hansen/The Observer

La réputation mondiale de Kenneth Anger est d’autant plus étonnante qu’il n’a fait que des bribes de films mystérieux, sans son, ni histoire, juste des visions, autour d’ esthétiques fortes .

Des titres de courts métrages comme « Lucifer Rising » ou « Evocation of my Demon brother « , son énorme tatouage «  Lucifer » en lettres gothique sur sa poitrine, ont fait de lui le lien vivant entre contre-culture et satanisme. Aujourd’hui il se dit historien de cinéma.

En réalité, né à Hollywood, gavé de gossips people  et de films rétros par sa grand mère, il va devenir connu dans les sixties avec son livre coup de poing « HOLLYWOOD BABYLON ». L’envers du décor des studios.

Grace à des photos d’agences de L.A. et d’officines interlopes de détectives-indics,  son livre brûlot raconte et montre les dérives et les chutes de grandes stars ( sexe, drogues et alcools..)

Parallèlement, il tourne avec des bouts de ficelles des séquences avant garde sur travestis, bikers, cérémonie secrètes ou même des plans fait devant les grandes pyramides avec des pharaons, une marquise masquée dans les jets d’eau de la Villa d’Este à Tivoli, MARIANNE FAITHFULL en sorcière Lilith, se rendant à un culte nocturne entourée de moines dignes du « Nom de la rose »…

 

 

Le sens esthétique de K. Anger est très puissant, il rend certains styles cultes, notamment par son angle d’homosexualité et de voyeurisme.

En 1950, Jean Cocteau l’a découvert avec un petit film (Fireworks) sur une  nude party de marins américains, dignes de TOM OF FINLAND.

Il se passionne pour ALEISTER CROWLEY, mage sataniste du début du siècle, et se convertit à sa religion :Thelema.(basée sur le sexe magique)  Il va influencer Jimmy Page de LED ZEPPELIN, ou  Mick Jagger, mais aussi Bobby Beausoleil, un jeune dealer californien qui sera impliqué dans la secte sanglante de Charles Manson.

Il va même travailler pour Henri Langlois et la cinémathèque française naissante, mais sa passion reste le côté obscur de la force et il réalisera beaucoup d’images ( certaines disparues ou même détruites ! ) sur les sacrifices aztèques ou les orgies antiques. ( Inauguration of the pleasure dôme, un de ses films manifeste.)

DAVID LYNCH, frappé par Scorpio Rising et ses motards fascisants et sacrilèges, gardera la musique ( et son titre)  choisie par Anger: BLUE VELVET, inquiétante ballade avec la voix éthérée de Bobby Vinton…

Les connexions entre Anger et tous les mondes occultes, son empreinte d’esthétique GAY avant l’heure, vont faire de lui une sorte d’ICONE interdite, de cinéaste maudit et invisible, de MAGE du film magique.

Les véritables cérémonies d’envoutement ou de désenvoutement  qui apparaissent furtivement dans certaines séquence, vont créer une véritable mode de l’occulte chez les hippies et influenceront aussi les films de Philippe Garel avec NICO, ou le Rosemary’s Baby de Polanski, sans parler des films de FASSBINDER ou JODOROWSKY, même olivier Assayas ou Gaspar Noé  se disent marqués.

MORE de Barbet Schroeder, tourné à Ibiza et Formentera, aura ce parfum de malédiction et de paradis mêlés (sexe , drogues, soleil), aidé par la musique planante des Pink Floyd.

Les Stones rendront aussi un hommage à cette période, ou une jeunesse en révolte voudra croire au supra-humain, aux signes venus d’ailleurs ou de l’au-delà, avec SIMPATHY FOR THE DEVIL.

Ce qui reste de ce moment de dérive se trouve sur les films de Kenneth Anger, dont le pouvoir de fascination n’a pas faibli .

_ THE MAGIC LANTERN CYCLE . Coffret Kenneth Anger

avec  ses films principaux (1947-1981). 2 DVD Couleurs + ITW, Documentaires et historiques…

_ Distribué par POTEMKINE et AGNES B.