Aller au contenu principal
Muddy Waters, Surdoué illéttré ?

Muddy Waters, Surdoué illéttré ?

Delta boueux et notes électriques.

Par Jean Rouzaud

Robert Gordon, héros Rockabilly tardif, ressorti avec le PUNK, (comme Stray Cats, Link Wray..), a donné un sursaut stylé au vieux Country Rock Bluesy des fifties, et nous offre aujourd’hui une Bio de Muddy Waters.

Le bluesman surnommé Muddy Waters, « eaux boueuses », oncle du Blues qui a tant inspiré la vague british des années 60 ( Yardbirds, Animals, Stones..) a vécu plusieurs vies et plusieurs époques distinctes de 1915 à 1983.

De son vrai nom Mc Kinley Morganfield, on peine à croire qu’il a grandi dans le delta du Mississipi, dans les champs de coton à 8 ans, du lever au coucher du soleil, pour quelques cents de l’heure, ne connaissant pas son père et vivant dans une cabane.

Toute sa vie a été une guerre : de sa première guitare à sa première femme, puis de son premier appartement ( sous-loué) à sa première voiture (d’occase).

Malgré son succès, il a du multiplier les cachets, puis les sessions de studio (ni payées, ni créditées) parfois dans une grange ou une chambre d’hotel . Pilier du label CHESS, il dut encore jouer, tourner, réclamer son dû et avancer l’argent, quand les producteurs se défilaient .

Véritable héros du Chicago Blues, avec des solos particuliers, des intonations vocales uniques ( obtenues par des échos dans la bouche ou des mouvements pour le vibrato), des breaks, de l’harmonica rythmée, du bottleneck (en verre ou métal) pour des glissendos.

« Rolling Stone » est une de ses chansons, abrupte, dure et saccadée comme sa vie, le son des premières pierres, la naissance du monde.

Les Stones l’ont choisi comme nom !

L’auteur, Robert Gordon dit tout : les techniques, les accords, les partenaires, mais surtout le feeling HARD de cet homme unique, travailleur et obstiné, influençant même le Rock, la Pop, le Hard, jammant avec Chuck Berry ou Howlin Wolf, ou en 1967 avec BO DIDDLEY : le bluesman avec les ROCKERS.

Non seulement il a écrit, composé, mis au point, chanté et joué des STANDARDS , des classiques comme  Mannish Boy, Oochie Coochie man, My Babe et bien d’autres, mais il a OUVERT le Blues au monde, aux influences, aux autres styles, à tous...tout en l’imposant. 

Ses femmes, ses enfants, ses nombreuses aventures prennent un tour mythique. Muddy est comme hercule et ses douze travaux. Un colosse du sud gravissant les JUKE JOINTS ( cabanes à danser) sans lumière du delta, aux clubs enfumés de Chicago puis aux  feux de la rampe illuminés des tournées.

Et dans cette saga détaillée, quelques grands noms en prennent pour leur grade ! 

MUDDY WATERS . (Mister Rollin’Stone. du delta du Mississipi au clubs de Chicago) par Robert Gordon.  480 pages .25 euros. Edition RIVAGES ROUGE.