Aller au contenu principal

Le Wu Tang en langue des signes

Un jeune interprète s'est spécialisée dans l'interprétation du hip-hop en live

Par Sophie Marchand

Nous vous parlions il y a peu de la possibilité d'être sourd et musicien, et des différentes solutions et modalités pour les sourds et malentendants d'entendre la musique et de l'interpréter.  

Souvent, l'idée était de permettre aux malentendants de saisir le rythme et les basses, de façon à leur transmettre la musicalité. Mais quid des paroles ? Slate.fr nous parle d'une interprète ASL (American Sign Language) qui s'est justement rendu compte des limites de l'accessibilité des concerts. Et selon elle, il est également essentiel d'offrir la possibilité au public sourd de saisir les sens des mots - tout particulièrement pendant les concerts de hip-hop où les MC aiment proposer des freestyles et improviser. 

Holly Maniatty, une jeune femme diplômée de neurologie et de ASL, n'avait à la base aucune affection particulière pour la scène rap. Elle est d'ailleurs devenue un peu par hasard interprète d'un concert de Marilyn Manson. Mais cet exercice lui a donné le goût de la traduction en live. Et quand il s'agit de signer, le rap est certainement un des styles les plus complexes à interpréter, justement en raison de la spontanéité des artistes. C'est après avoir assisté aux concerts de Wu Tang Clan et des Beastie Boys, en 2009, qu'elle réalise que le hip-hop lui plaît et que le défi de l'interprétation est particulièrement excitant et complexe. 

Ce sont les festivals et salle de concerts qui font appel à elle, et si le public est toujours un peu surpris de voir un interprète ASL, ce sont les artistes qui ont été les plus fascinés par la performance de la jeune femme. Au concert de Wu Tang, Method Man est descendu saluer le travail, la rigueur et la vitesse de la traduction de la jeune femme et Killer Mike (rappeur d'Atlanta) a partagé un bout de la scène pendant que Holly Maniatty signait sans hésitation les "mothafuckin" et autres "n'world". 

Avant chaque concert, l'interprète se prépare pendant près de 40 heures. Car pour traduire un concert, il faut non seulement connaître parfaitement le travail de l'artiste, les paroles de ses chansons, son vocabulaire, mais aussi sa gestuelle et ses tics de langage. Aujourd'hui, elle signe environ 60 concerts par an et s'est déjà attaquée aux Beastie Boys, au Wu Tang ou à Bruce Springsteen. 

La vidéo qui l'a fait connaître est tout simplement géniale : on se rend compte combien l'inteprète devient une artiste à part entière et s'intègre parfaitement à la scène hip-hop.