Aller au contenu principal

La messagerie Telegram accuse Apple et la Russie de se liguer contre elle

Son CEO, Pavel Dourov, appelle à la « résistance numérique ».

Par La Rédac

Pavel Dourov, le fondateur du service de messagerie cryptée Telegram, accuse Apple d’empêcher les mises à jour, depuis que la Russie a tenté de bannir l’application sur son territoire. 

En avril dernier, Telegram avait refusé de fournir aux services de renseignement russes les clés de chiffrement qui leur auraient permis d’accéder aux conversations privées des utilisateurs. Telegram, messagerie entièrement chiffrée, fondée par un entrepreneur russe, fait de la confidentialité son cheval de bataille et a été conçue précisément contre ce genre d'intrusions. Elle avait donc refusé de se plier à la demande des autorités russes. Depuis, c’est une véritable guerre qui oppose la Russie à la plateforme. En réponse à l’entêtement de Telegram, Roskomnadzor, l’autorité des télécoms russes, avait bloqué près de 20 millions d’adresses IP d’utilisateurs. Dourov avait quant à lui appelé à la « résistance numérique ».

Une guerre, dans laquelle, selon Pavel Dourov, Apple a choisi son camp. « Apple ne nous a pas soutenus. Alors que la Russie ne constitue que 7% de la base de données d’utilisateurs de Telegram, Apple a restreint les mises à jour pour les utilisateurs du monde entier », signale-t-il dans un post sur son application. 

Pavel Dourov n’en est pas à son premier acte de résistance. Avant Telegram, il a fondé Vkontakt, le Facebook russe, qui lui avait déjà valu des pressions gouvernementales. Bras de fer perdu, puisqu’il a fini par revendre le site à des proches du Kremlin avant de quitter le pays. Officiellement en exil et opposant à Vladimir Poutine, Dourov continue de se poser en garant d’un web libre dans une Russie autoritaire.