Aller au contenu principal

Sims nous explique l'origine de "La Saga" d'IAM

Chaque jeudi dans BAM BAM, le sample de la semaine.

Chaque semaine, BAM BAM raconte l’histoire d’un sample et de tout ce qu’une petite boucle de musique peut raconter à travers elle… 

Alors imaginez que nous sommes au printemps 1996, nous sommes sur Delancey Street, les tôles et les hangars vides du Lower East Side de Manhattan résonnent avec des basses et un drôle d’accent du sud de la France. A cette époque, le Lower East Side n’est pas le quartier branché du New York d’aujourd’hui, là où se dresse maintenant un grand magasin Louis Vuitton, en 96, on y trouvait Green Street Recordings. Si ce mois d’avril-là vous poussiez la porte, vous auriez pu tomber sur des Marseillais en train de regarder des films de kung-fu !

Normalement, vous avez compris de qui on parle. En 1996, IAM est à New York pour enregistrer la suite de Ombre est lumière, un disque qui les a rendu célèbre dans toute la France, notamment grâce au tube « Je Danse Le Mia ». 

Un titre que certains leur reprochaient d’ailleurs. C’est justement pour ne pas faire un deuxième « Je Danse Le Mia » que IAM est à New York. Déjà, ils avaient répondu aux haters qui les accusaient d’être des vendus dans leur titre « Reste Underground ». 

 

IAM le sait, avec L’Ecole du micro d’argent, ils ont la mission de sortir un grand disque de rap français… Alors ils vont à la maison-mère, le temple, là où tout est né. Ce n’est pas la première fois qu’IAM fait le voyage à NYC. Depuis tout petit, Kheops et Akhenaton allaient là-bas acheter leurs vinyles, pour trouver des samples, ces sons si particuliers qui donnent une ambiance très cinématographique à leurs productions musicales. 

Après un premier studio, le groupe élit domicile au Sorcerer Sound pour peaufiner l’album. A cette époque, ils sont potes avec un peintre, Billy, qui fait souvent des teufs chez lui. Chez Billy, les petits gars de Marseille rencontre la Killarmy, les Sunz of Man, Timbo King. Tous sont affiliés au Wu-Tang Clan avec qui ils tapent bières et parties de billard…Pour résumé, les deux groupes travaillent dans des studios concomitants,  puis un jour, la magie opère.

Oui, en une nuit de 1996, Imothep fait écouter une prod à Akhnaton et Shurik’n… C’est l’instrumental d’un titre qui va devenir « la Saga ». Les basses cognent fort, les batteries sont poussées au maximum. 

Au beau milieu de cette session d’écoute, la porte du studio s’ouvre et les Sunz of Men rentrent dans la pièce et demandent « Ok c’est quoi cette prod ? On veut poser dessus… ». Voilà donc l’histoire de cette connexion. Il faut dire que sur ce morceau, Imhotep a dégoté un magnifique sample, une boucle de piano d’un jazzman de Chicago, Ramsey Lewis, enregistrée en 1962. Un modèle d’échantillonnage qui donnera une rencontre franco-américaine de légende… Maintenant, laissons le patron du sample, Monsieur Sims nous montrer comment Imhotep est parti d’un piano jazz pour créer un banger rap !

 

BAM BAM, le Bureau des Affaires Musicales, une émission animée par Sophie Marchand et Jean Morel, et réalisée par Malo Williams. Du lundi au vendredi, 18h00-19h30.

Visuel : (c) cover de l'album L'Ecole du Micro d'Argent de IAM 

Le Sample de la semaine
Emissions

Le Sample de la semaine


Le pillage des samples issus de la culture arabe

Le pillage des samples issus de la culture arabe

Chaque jeudi dans BAM BAM, le sample de la semaine.

De la Colombie à Majoz Lazer, en passant par Timbaland, le trajet d'une flute envoûtante

De la Colombie à Major Lazer et Timbaland, l'histoire d'une flute envoûtante

Chaque jeudi dans BAM BAM, le sample de la semaine.

Cassius « Feeling for You », les samples de la French Touch

Cassius « Feeling for You », les samples de la French Touch

Chaque jeudi dans BAM BAM, le sample de la semaine.