Aller au contenu principal

Richard Gaitet

Image : Suspiria, de Dario Argento (1977).

Marie-Pier Lafontaine : « Demain, les sorcières seront des consultantes politiques »

Autrice d’une éprouvante autofiction sur un père incestueux, cette étudiante québécoise nous dévoile les effets d’une « lune mauve », qui décuplera bientôt la puissance des femmes « de manière surhumaine ».

Black Mirror S1E3, Retour sur image, de Jesse Armstrong (2011)

Josselin Bordat : « Demain, on voyagera dans le temps pour sauver son couple »

Tel un Doc Brown sous MD, ce Parisien jovial, auteur d’un réjouissant recueil de nouvelles érotiques futuristes, détaille le succès imminent des « chronothérapies » susceptibles d’enrayer les pannes de désir.

Image : Millenium – Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, de David Fincher (2011).

Alexandra Dezzi : « Demain, nos cris ne seront jamais vains »

Cette autrice parisienne, moitié jumelle du duo rap Orties, déclame un bref poème « pour un futur respirable », où « ni ta mère ni ta sœur ne seraient bafouées », où « ni ton père ni ton frère ne connaîtraient les baffes et le fouet ».

Image : Jim Hendin, pochette de What’s going on de Marvin Gaye (1971).

Carl Agité : « Demain, nous suivrons à la lettre les préceptes de Marvin Gaye »

Toujours aussi pépouze dans son chalet alpin situé « en 2081 », cet énigmatique « ermite » nous chante les louanges d’un mouvement spirituel visionnaire, le « marvinisme », fondé sur les paroles du légendaire album « What’s going on ».

Image : Harvey Weinstein l’intouchable, d’Ursula Macfarlane (2019).

Julie Andrieu : « Demain, les prédateurs sexuels seront condamnés à vivre dans la peau de leur victime »

À Marseille, cette massothérapeute imagine une machine baptisée « Orlando », en hommage à Virginia Woolf, capable de projeter les porcs dans le corps des agressées pendant toute la durée de leur peine, sous contrôle judiciaire.

Image : Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, de Robert Zemeckis (1988).

Emilie Gleason : « Demain, les chasseurs vivront entourés de prédateurs, avec juste un coupe-ongles »

La révélation 2019 du festival d’Angoulême libère le TGV de son imagination cartoonesque et nous dessine un futur youplaboum avec champagne à table, salsa au balcon et déconstruction savante des stéréotypes.

Image : Fin de tournage pour Marlène Dietrich et Jean Gabin réunis pour la seule fois à l’écran dans Martin Roumagnac, de Georges Lacombe (1946).

Audrey Vernon : « Demain, il ne faut pas que les théâtres rouvrent »

Du côté d’Étampes, cette comédienne et autrice anticapitaliste rêve d’un matin calme où son spectacle ne sera plus « la récompense du travailleur, un divertissement de plus », tout en continuant à se battre « contre la religion du profit ».

Image : L’Île du Docteur Moreau, de John Frankenheimer (1996).

Vincent Ravalec : « Demain, des enfants à têtes de chiens, des gens-oiseaux, des bras en serpents »

L’auteur parisien de « Cantique de la racaille » prophétise un avenir de créatures hybrides, avant l'avènement d’un « jeu, qui connectera nos mémoires et nos âmes à tous les aspects de notre Histoire ».

Image : Les Demoiselles de Rochefort, de Jacques Demy (1967).

Dorothée de Monfreid : « Demain, nous ferons du quotidien une comédie musicale »

« Pour lutter contre l’excès de raisonnement logique », cette autrice de bande dessinée parisienne nous conseille de vivre nos vies comme un film de Jacques Demy, du matin au soir, via des alexandrins et des chorégraphies.

Image : La Persistance de la mémoire, de Salvador Dalí (1931).

Bim Bam Orchestra : « Demain, on mettra la vie sur pause »

Le meilleur collectif afro-soul de Paname, qui appela confiné au relâchement profond des tensions, nous téléporte dans son futur de massive chill out : ralentir pour savourer, accélérer si besoin, « gérer son temps, ne plus en perdre une miette ».

Image : fragment de Trois femmes et trois loups, d’Eugène Grasset (1892).

Loups : « Demain, je vous forcerai à regarder chaque jour un.e inconnu.e, pendant 27 minutes »

Chef de meute d’un trio rock pour cœurs brisés, cette Parisienne exilée à Nantes entend bientôt imposer par la force « l’acceptation de l’autre », non sans avoir au préalable ordonné à ses loups de dévorer le personnel de l’Elysée.

Image : Horace & Pete, de Louis C. K. (2016).

Jorge Bernstein : « Demain, débarrassés des humoristes, on pourra enfin se faire chier »

Les comiques, médiatiques ou familiaux : qui sont-ils, quels sont les réseaux ? Et s’ils disparaissaient tous – sauf un – du jour au lendemain ? Non loin de Rennes, ce musicien et scénariste de BD s’emploie à faire éclater la vérité.