Aller au contenu principal
Star Feminine Band, les chants d’émancipation de sept jeunes Béninoises

Star Feminine Band, les chants d’émancipation de sept jeunes Béninoises

Nouvo Nova : « Peba » de Star Feminine Band.

Par Michael Liot

Chaque jour, Nova met un coup de projecteur sur une nouveauté : le Nouvo Nova vous présente les coups de cœurs de la programmation, afin que vous ne ratiez rien des dernières trouvailles qui nous ont titillé l’oreille. Aujourd'hui : « Peba » de Star Feminine Band.

Au Bénin, sept jeunes filles chantent la fierté et la détermination d’une génération désireuse de liberté : ensemble, elles forment Star Feminine Band, un groupe aussi retentissant que nécessaire. 

C’est à Naititingou, paisible ville au nord-ouest du pays, que l’histoire a commencé il y a quelques années. Dans cette région où les perspectives pour une jeune femme sont souvent réduites à des emplois de misère, des grossesses précoces ou des mariages forcés, un musicien s’est résolu à donner la voix aux intéressées. À travers un appel à candidature sur les ondes d’une radio locale, André Baléguémon a rencontré sept filles, venues des villages des alentours. Aucune d’entre elles n’avait jamais joué d’instrument. Sous la tutelle d’André, elles ont appris à jouer ensemble et se sont unies autour d’une envie : celle de communiquer leur culture, leur langue et leurs revendications.

Les membres du Star Feminine Band ont aujourd’hui entre 8 et 15 ans, et jouent les danses des rythmes waama et ditimari, ethnies minoritaires du nord auxquelles elles appartiennent. Inspirées par les légendes nationales comme Angélique Kidjo, elles reflètent la créativité de la musique béninoise actuelle, chantant en chœur et à l’unisson, le tout en plusieurs langues afin de « se faire comprendre du plus grand nombre ». Avec, toujours, un message fédérateur et d’inspiration pour les femmes. Ainsi, le titre « Peba », premier extrait d’un album à venir, encourage les filles à aller à l’école pour s’émanciper. Ailleurs, d’autres sujets souvent tabous sont abordés, tels que l’excision et les mariages forcés. 

À travers une énergie rock communicative et des chansons inspirantes, le Star Feminine Band a déjà gagné l’admiration du public béninois. Après une cinquantaine de concerts en Afrique, elles se préparent à jouer aux Transmusicales de Rennes cet hiver (si celles-ci sont maintenues). Et d’ici là, c’est sur le label français Born Bad Records que paraîtra leur premier album éponyme, le 13 novembre prochain. 

Visuel © Born Bad