Aller au contenu principal
"podcast ?"
L'Arche de Nova
Du lundi au vendredi à 7h10

L'Arche de Nova

L'Arche de Nova par Richard Gaitet

Utopies poétiques pour futurs désirables. Et si c'était toujours l’heure de tout réinventer ? 

L’Arche de Nova embarque tout un bestiaire d’artistes pour un déluge de bonnes idées dans un monde déconfiné, via des hypothèses grandioses, des scénarios farfelus, des raisonnements magiques, des logiques insensées, de noirs vertiges... à contre-courant du pessimisme apocalyptique.

Musiciens, écrivaines, cinéastes, dessinatrices, humoristes, plasticiennes : chaque jour, en trois minutes, l’un.e des membres de l'équipage monte sur le pont et imagine la société de demain, le temps d’une note vocale très sérieuse ou complètement délirante. Il était un joli navire… en voyage vers l’avenir.

Un podcast imaginé et coordonné par Richard Gaitet, réalisé par Benoît Thuault.

Une émission à retrouver sur

À la une

Marie-Pier Lafontaine : « Demain, les sorcières seront des consultantes politiques »

Autrice d’une éprouvante autofiction sur un père incestueux, cette étudiante québécoise, en lice pour le prix Sade, nous dévoile les effets d’une « lune mauve » qui décuplera bientôt la puissance des femmes « de manière surhumaine ».

« Moi, le viol ne me fait plus peur du tout. J’ai reçu suffisamment de coups, de haine et de crachats pour ne plus trembler devant la possibilité d’un contact non désiré. Mon corps a été maltraité tant de fois, mes os battus, que ma chair a été vidée de son sacré. » Dans Chienne, sa brève « …

Image : Rock Academy, de Richard Linklater (2003).

Wandrille : « Demain, on n’aura plus besoin de professeur, mais… »

Du côté de Pantin, cet auteur de BD, qui enseigne son art à des fans de Naruto, gribouille un futur dans lequel « tous les savoirs seront intégrés en une seconde ». Genre, ça suffira pour faire surgir un nouveau Chris Ware ?

Black Mirror S1E3, Retour sur image, de Jesse Armstrong (2011)

Josselin Bordat : « Demain, on voyagera dans le temps pour sauver son couple »

Tel un Doc Brown sous MD, ce Parisien jovial, auteur d’un réjouissant recueil de nouvelles érotiques futuristes, détaille le succès imminent des « chronothérapies » susceptibles d’enrayer les pannes de désir.

Image : Millenium – Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, de David Fincher (2011).

Alexandra Dezzi : « Demain, nos cris ne seront jamais vains »

Cette autrice parisienne, moitié jumelle du duo rap Orties, déclame un bref poème « pour un futur respirable », où « ni ta mère ni ta sœur ne seraient bafouées », où « ni ton père ni ton frère ne connaîtraient les baffes et le fouet ».

Image : Jim Hendin, pochette de What’s going on de Marvin Gaye (1971).

Carl Agité : « Demain, nous suivrons à la lettre les préceptes de Marvin Gaye »

Toujours aussi pépouze dans son chalet alpin situé « en 2081 », cet énigmatique « ermite » nous chante les louanges d’un mouvement spirituel visionnaire, le « marvinisme », fondé sur les paroles du légendaire album « What’s going on ».

Collage : Mathilde de Capèle.

Audrey Vernon : « Demain, les voitures seront remplacées par des rosalies électriques »

Militante acharnée de la décroissance, cette comédienne et autrice parisienne déroule un monde de « mobilité douce » traversé de voiturettes collectives à pédales. Dring-dring ?

Image : Harvey Weinstein l’intouchable, d’Ursula Macfarlane (2019).

Julie Andrieu : « Demain, les prédateurs sexuels seront condamnés à vivre dans la peau de leur victime »

À Marseille, cette massothérapeute imagine une machine baptisée « Orlando », en hommage à Virginia Woolf, capable de projeter les porcs dans le corps des agressées pendant toute la durée de leur peine, sous contrôle judiciaire.

Image : Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, de Robert Zemeckis (1988).

Emilie Gleason : « Demain, les chasseurs vivront entourés de prédateurs, avec juste un coupe-ongles »

La révélation 2019 du festival d’Angoulême libère le TGV de son imagination cartoonesque et nous dessine un futur youplaboum avec champagne à table, salsa au balcon et déconstruction savante des stéréotypes.

Image : The Voices, de Marjane Satrapi (2015).

François Beaune : « Demain, nous mangerons nos animaux domestiques »

À Marseille, cet écrivain-magnétophone, collectionneur d’histoires vraies, brasse avec appétit tout un mesclun d’idées pour chérir la planète, dont un âge limite fixé à 75 ans, qui concernerait d’abord les Européens.

Image : Fin de tournage pour Marlène Dietrich et Jean Gabin réunis pour la seule fois à l’écran dans Martin Roumagnac, de Georges Lacombe (1946).

Audrey Vernon : « Demain, il ne faut pas que les théâtres rouvrent »

Du côté d’Étampes, cette comédienne et autrice anticapitaliste rêve d’un matin calme où son spectacle ne sera plus « la récompense du travailleur, un divertissement de plus », tout en continuant à se battre « contre la religion du profit ».