Aller au contenu principal

« Professor Shanku O El Dorado » de Sandip Ray

Le saviez-vous, le Renoir du cinéma indien était aussi un peu son Jules Verne !

Oubliez Sherlock Holmes, Doc savage et les autres aventuriers de la science. Ils ne sont pas à la hauteur du Pr. Shanku et ses expéditions spatio-temporelles. Des péripéties n’étant pas à un paradoxe près, puisque ce personnage de série B à l’ancienne n’est autre que la création de Satyajit Ray, LE cinéaste de référence du cinéma d’auteur indien, qui cachait bien son appétit pour la Science-fiction et le cinéma d’aventures populaires.

La série - peu connue de ce côté du Gange mais chérie par des générations d’indiens - de romans où il envoyait ce Zorro de l’invention sauver le monde a fini par donner lieu à un film l’an dernier sous l’égide du fils de Ray, pour un blockbuster sauce masala cuisinée à la rafraichissante innocence du divertissement grand public à l’ancienne. Une parenthèse aussi exotique que bon enfant, idéale pour s’aérer la tête prise par le confinement. Attention toutefois: pour accompagner l’équipe Shanku à la recherche de la mythique cité d’El Dorado, un abonnement à Amazon Prime et une connaissance de l’anglais (seuls sous-titres disponibles actuellement pour ce film) seront nécessaires: si vous êtes parés, l’embarquement se fait ici.

Visuel © « Professor Shanku O El Dorado » de Sandip Ray

Pop Corn
Emissions

Pop Corn

par Alex Masson

« Miracle in Cell No. 7 » de Lee Hwan-gyeong

« Miracle in Cell No. 7 » de Lee Hwan-gyeong

Le chemin est long entre la Corée du Sud et la Turquie, mais les bonnes histoires (et les bons films) n’ont pas de frontières.

« Phase IV » de Saul Bass

« Phase IV » de Saul Bass

Après avoir révolutionné l'art du générique, Saul Bass cassait la ligne claire de la SF avec son unique long-métrage. Phase IV ramène sa fascinante science, pour compléter les théorèmes cosmiques de Kubrick.

« La Rupture » de Philippe Barassat

« La Rupture » de Philippe Barassat

Le cinéma de Philippe Barassat continue à rompre avec les habitudes, en proposant une véritable variation sur un même « t’aime ».