Aller au contenu principal

Nina Donovan, la poétesse anti-Trump qui a mis l'Amérique debout

21 janvier 2017, à Washington. Des centaines de milliers de personnes sont réunies pour ce qui reste encore aujourd’hui la plus grande manifestation de l’Histoire des États-Unis. C’est la Marche des Femmes. Elle a été organisée pour protester contre l’élection d’un Président sexiste et misogyne, Donald Trump. Les accusations de viol et de harcèlement sexuel contre lui n’ont aucunement empêché l’élection de Donald, ni le fait qu’il se soit targué d’attraper les femmes par leurs parties génitales.

La marche des femmes est celle de tous. Comme le dit Linda Sarsour, militante palestinienne-américaine et co-organisatrice de la marche, dans son discours ce jour-là : « Quand les femmes et les femmes de couleur se battent pour la justice, elles se battent pour tous ». 

Un autre discours soulève la foule ce jour-là, au pied de la maison Blanche. C’est celui d’Ashley Judd. l’actrice a été l’une des premières à nommer publiquement Harvey Weinstein comme son agresseur sexuel. Ce jour-là, devant une foule compacte sur Independance avenue, Ashley annonce qu’elle va réciter les mots d’une adolescente  du Tennessee du nom de Nina Donovan. Le texte s'appelle « Nasty Woman ».

Pour aller plus loin 

Le remix musical du discours d'Ashely Judd par Valesuchi & Matias Aguayo.

La vente de t-shirts « Nasty Woman » lancée par l'humoriste Samantha Bee lève 1 millions de dollars pour soutenir le Planning Familial, attaqué dès son élection par Donald Trump

L'expression est devenue un mème qui refait régulièrement surface dans la pop culture, par exemple dans Jurassic World.

Un épisode écrit et raconté par Clémentine Spiler, réalisé par Emmanuel Baux. Pour écouter la bande-son de Pionnières, c'est par ici

Visuel © Tausha Dickinson

Pionnières
Emissions

Pionnières

par Clémentine Spiler
du lundi au vendredi à 10h et 18h30