Aller au contenu principal

Musique et censure #3 : Entre propagande et censure, la Chine cherche le juste milieu…

Comment continuer de faire sonner les notes quand le pouvoir en a décidé autrement ?

Toute la semaine sur Nova, Isadora Dartial vous propose d'écouter ensemble des morceaux qui ont dû faire ou font encore face à la censure. Comment continuer de faire sonner les notes quand le pouvoir en a décidé autrement ? Comment la musique devient moyen de résistance ? Qui sont les censeurs ? Du Brésil à l’Iran en passant par la Chine ou les États-Unis, il est question de poésie, d’exil, de résistance à la propagande et bien sur de quête de liberté.

Après le Brésil et l’Iran nous voilà aujourd’hui en Chine. L’Empire du Milieu a fait parler de lui ces dernières années en bannissant 120 chansons de l’internet chinois car jugées immorales. Les raisons évoquées par les censeurs pour interdire un titre sont : la promotion de l’obscénité, de la violence, ou qui porte atteinte à la morale sociale. Et les artistes censurés sont essentiellement issus de la scène underground rock ou rap. Dernièrement c’est le rappeur GAI qui s’est fait exclure de l'équivalent chinois de The Voice, et quelques mois plus tôt un autre rappeur le très populaire rappeur PG One n’a pas pu participer à la tournée Rap Of China, ses excuses publiques ne changeant rien à la sentence... Le motif invoqué par l’agence chargée de surveiller les médias est que le texte de « Christmas Eve » est misogyne et fait l’apologie de la drogue, il est donc porteur de valeurs malfaisantes… Car aujourd'hui encore la liste des tabous en Chine est assez longue et l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping en 2013, rime avec le retour des valeurs socialistes chinoises.

Par Isadora Dartial, réalisation Malo Williams.

Visuel (c) Wikimedia Commons / MishYXY / PG One

Nova Stories
Emissions

Nova Stories

par Rocé, Jean-Michel Espitallier, Isadora Dartial, Sophie Marchand, Camille Diao, Christophe Payet Michael Liot,
du lundi au vendredi à 12h30

King Krule

Jazzing London #5 : à Londres, du jazz partout

Ou comment le jazz infuse à présent les autres scènes musicales londoniennes - rap, chanson, soul...

Black Focus de Yussef Kamaal

Jazzing London #4 : « Black Focus », l’album fascinant de Yussef Kamaal

Ou l'histoire d'un album qui, à sa manière, façonna le son de la nouvelle scène jazz londonienne.

Jazz in London #3 : Une affaire de famille

Jazzing London #3 : Une affaire de famille

Ou l'histoire d'une communauté soudée autour de ses lieux, ses soirées, ses labels, et même ses émissions de radio.