Aller au contenu principal

Patti Smith : « Joyeux anniversaire Arthur »

Dialogue dans les Ardennes avec l'amoureuse fiévreuse de « Because The Night » et de « Just Kids », le jour des 164 ans de Rimbaud.

Rimbaud

C'est une maison modeste, au bord de la route, entourée d’herbes hautes. Dans les Ardennes, à Roche, hameau de la petite commune de Chuffilly-Roche, à une quarantaine de kilomètres au sud de Charleville-Mézières. « Triste trou », comme l'a écrit son habitant le plus fameux, les plus désespéré, Arthur Rimbaud – qui rédigea ici, en hurlant, en pleurant, son chef-d’oeuvre : Une Saison en enfer, en 1873, à 18 ans. « Ma vie est usée. Allons ! Feignons, fainéantons, ô pitié ! Et nous existerons en nous amusant, en rêvant amours monstres et univers fantastiques, en nous plaignant et en querellant les apparences du monde, saltimbanque, mendiant, artiste, bandit – prêtre ! »

Au soleil encore fort de l’automne, c’est là que nous retrouvons Patti Smith, propriétaire depuis fin 2016 de cette bâtisse encore en travaux, qui jouxte immédiatement les ruines de la ferme ayant jadis appartenu à la mère du poète maudit, réquisitionnée par les troupes allemandes pendant la Première Guerre mondiale, qui l’ont hélas démolie en partant. Ne subsiste aujourd’hui qu’un fragile pan de mur moussu… devant lequel Patti passe, tresses grises d’ensorceleuse apache, pantalon sombre, chemise de bûcheron brune et bleue ouverte sur un t-shirt taché de café, chaussée de bottes Chanel en cuir noir du meilleur effet.

devotion book box

À 71 ans, l’amoureuse fiévreuse de Because The Night, la furieuse interprète de Gloria sur l'incontournable Horses (1975, qui citait déjà Rimbaud), l’écrivaine acclamée pour le délicat Just Kids, récit autobiographique de sa passion réciproque pour le photographe Robert Mapplethorpe (2010, plus d’un million d’exemplaires vendus), reste une lectrice insatiable. Dans son nouveau livre, le bref Dévotion, à paraître cette semaine chez Gallimard, elle rend cette fois hommage au talent d'Albert Camus, de Simone Weil ou de Patrick Modiano, tout en interrogeant son propre processus d'écriture (« assaillie » par un « vertige familier », une « intensification de l’abstrait »), avec une drôle de fixette sur le patinage artistique.

 

Rimbaud

Arrivée le matin même de New York, Patti Smith n’a pas dormi depuis vingt heures. Dans la maison, il n’y a rien, aucun meuble, ni table ni lit. Juste trois chaises noires et leurs coussins de velours rouge. Ce sera pourtant amplement suffisant pour une heure d’entretien portant principalement sur son « amant secret », « l’archange » Arthur, détenteur selon elle d’un « langage mystique ».

Retrouvez l'interview complète de Patti Smith « Rimbaud, mon amant secret ».

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Photos © Eva Sanchez. Prêt de l’automobile : Bertrand Guillot. Programmation musicale : Michael Liot. Doublage : Mélanie Mallet. Remerciements en pagaille : Alain Lahana et Christelle Mata.

Les deux poèmes de Patti Smith lus pendant l’émission sont tirés de Les années 70 – premiers écrits, disponibles aux éditions Tristram.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard Gaitet
DImanche 12H00-13H00

Lost

Xabi Molia : « La catastrophe, c’est aussi le temps de l’aventure »

À la rentrée, cet écrivain et cinéaste d’origine basque publiera une robinsonnade dans laquelle 80 Français, fuyant l’Hexagone en proie à une épidémie de grippe inédite et ravageuse, se réfugient sur une île déserte du Pacifique.

Ex-Cahiers du Cinéma : « L’intensité de la colère, symétrique à l’ardeur de l’amour »

Ex-Cahiers du Cinéma : « L’intensité de la colère, symétrique à l’ardeur de l’amour »

Comment les mots viennent aux critiques ? Deux membres de l’équipe démissionnaire des « Cahiers du Cinéma », Jean-Philippe Tessé et Paola Raiman, feuillettent leur livre d’images en insistant sur la dimension littéraire de l’exercice.

Huysmans

Des Esseintes, ultime esthète

Anti-héros raffiné, dandy décadent, prince malade des confinés : vénéré par Gainsbourg ou Maylis de Kerangal, le reclus d'« À rebours », légendaire roman de Huysmans, prend ses quartiers sur Nova (à pas de tortue).