Aller au contenu principal

Mesdames, à l'abordage !

Bien souvent oubliées, de nombreuses femmes pirates marquèrent l'histoire de la flibusterie. Affûtez vos sabres, voici les portraits de quatre d'entre elles.

pirate book box

« Il y a bien longtemps que j’ai touché pour la première fois le pont de ce terrible navire, et les rayons de ma destinée vont, je crois, se concentrant et s’engloutissant dans un foyer. Incompréhensibles gens ! Enveloppés dans des méditations dont je ne puis deviner la nature, ils passent à côté de moi sans me remarquer. Me cacher est pure folie de ma part, car ce monde-là ne veut pas voir. Il n’y a qu’un instant, je passais juste sous les yeux du second ; peu de temps auparavant, je m’étais aventuré jusque dans la cabine du capitaine lui-même, et c’est là que je me suis procuré les moyens d’écrire ceci et tout ce qui précède. Je continuerai ce journal de temps en temps. Il est vrai que je ne puis trouver aucune occasion de le transmettre au monde ; pourtant, j’en veux faire l’essai. Au dernier moment j’enfermerai le manuscrit dans une bouteille, et je jetterai le tout à la mer. »

Ce sont les mots d'Edgar Allan Poe, extraits de son étrange nouvelle Manuscrit trouvé dans une bouteille dans laquelle l'illuminé auteur américain reprend et détourne avec une jouissance non dissimulée, les codes du récit maritime. Un texte que vous pouvez retrouver dans la magnifique revue Reliefs actuellement en kiosques. Et si vous laissez votre regard dériver votre regard dans les rayonnage de ce même kiosque, vous finirez sans doute par tomber sur le dernier numéro d’une autre revue, SEPT, revue de journalisme lent, « slow journalisme » comme on dit dans les milieux en vogue, un numéro justement consacré à… la mer.

pirate book box


Vous y trouverez, notamment, cinq portraits tranchants de dompteuses de vagues et pilleuses de navires. Cinq extraits du livre de Gérard Jaeger Les Amazones des sept mers paru aux Editions du Félin mais qui parlent donc exclusivement de félines. Magdeleine de Sade, Lady Killigrew, le duo Anne Bonny / Mary Read et enfin Ching Yih-Saou… pour cette dernière Nova Book Box de la semaine, on vous propose donc de bondir dans l'illégalité et d'embarquer avec certaines de ces folles pirates dont les noms ont marqué l'histoire de la flibusterie.

XVe siècle, Marseille. En mal d'aventures et fatiguée d'un mari riche et beau mais vieux et ennuyeux qu’elle avait dû épouser alors qu’elle n’avait que 14 ans, Magdelaine de Sade est vient de poser ses malles dans la cité phocéenne. Nous sommes en 1505 et Magdelaine a 27 ans.
 

pirate book box

« C’est ici que je vais dominer mon destin ! s’exclame-t-elle. Le Rhône qui m’a vue naître m’offrira désormais la mer en partage. »

Et c’est en effet, ici, sur les bords de la Méditerranée que celle qui sera bientôt surnommée la corsaire de îles d’Or va se faire un nom dans la piraterie. Pour être précis, Magdeleine choisi de devenir corsaire, c’est à dire qu’elle se met au service de François Ier, alors roi de France. Ce qui lui permis de faire prospérer son illégale entreprise en toute légalité. Maligne.

Autre particularité de Magdelaine de Sade : elle ne fût pas une pirate des mers. Restée sur la terre ferme par choix, elle devint une armatrice redoutable à la tête d’une flotte crainte des miles à la ronde.

pirate book box

Une émission proposée par Julien Goetz, réalisée par Sulivan Clabaut et avec, à la programmation musicale, Michael Liot et Guillaume Girault.

Visuels © Wikimedia Commons / armes de la famille de Sade / Wenceslaus Hollar / Alexandre Debelle

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
DImanche 12H00-13H00

« Carte de séjour, la brûlure. »

« Carte de séjour, la brûlure »

Brigitte Giraud signe et déclame un texte inédit sur l’épopée électrique du groupe originel de feu Rachid Taha, « sa subversion, sa vitesse et sa sensualité », enregistré à la Maison de la Poésie de Paris, en compagnie du guitariste Christophe Langlade.

Le petit Prince, pour mémoire

Le petit Prince, pour mémoire

Poussières d’étoile sur la planète pourpre : examen au télescope des mémoires inachevés du Kid de Minneapolis, « The Beautiful Ones ». Soit le récit – très bref, mais lumineux – de son enfance et de ses premiers contacts avec la musique.

Philippe Garnier : «  John Fante, Nick Toshes, Hollywood, l’Amérique et moi... » (2/2)

Philippe Garnier : « John Fante, Nick Tosches, Hollywood, l’Amérique et moi... » (2/2)

Traducteur de Fante ou Bukowski, l’ex-correspondant de Libération à Los Angeles signe une biographie minutieuse sur « le drame, la grandeur et les coups de gouvernail » de l’acteur-auteur Sterling Hayden.