Aller au contenu principal

Mélody Banquet : « Demain, l’absurde et l’autodérision seront enseignés à l’école »

Plus téméraire que Jean-Michel Blanquer, cette comédienne parisienne trace les grandes lignes d’une « Méthode D’éducation par le Rire » pour apprendre aux ados à affronter « l’angoisse de la mort et les injustices ».

Lors de sa visite à l’école Pierre-Ronsard de Poissy (Yvelines), Emmanuel Macron entre dans la classe avec un masque sanitaire obligatoire, bleu nuit, siglé d’un discret point de couture bleu-blanc-rouge, mais de nombreux élèves ne le reconnaissent pas. Le masque tombe une seconde, et un garçon murmure, tout sourire : « Je sais pas c’est qui. » La suite du sketch communicationnel est un peu sinistre. En France, selon un décompte arrêté au 22 avril par Santé Publique, les moins de 19 ans ne représentent pas plus de 1,5 % des cas recensés de covid-19. Mais Robert Sebbag, infectiologue de la Pitié-Salpétrière interrogé par Ouest-France, semble inquiet : « Les gestes barrières chez les enfants vont être extrêmement difficiles à retenir. Et si l’enfant est contaminé, la question de la contagion intra-familiale devient majeure. »

En réaction, le gouvernement a pourtant décidé d’organiser un retour à l’école à compter du 12 mai, « sur la base du volontariat des parents », d’abord pour le CP et le CM2 (mais seulement dans des classes de quinze élèves, aux bureaux séparés d’un mètre) puis pour ce sera le tour, le 18 mai, des sixièmes et des troisièmes, des premières, des terminales et des ateliers industriels des lycées professionnels, en attendant la reprise totale le 25 mai. Le port du masque sera « conseillé » ou « obligatoire », on ne sait pas. Et la cantine, les transports, les internats ? La santé des profs ? Les programmes à rattraper ? « Une grande autonomie sera laissée aux établissements. » Bref, débrouillez-vous.

Heureusement, quelqu’un a enfin décidé de sortir du rang pour proposer un plan d’action audacieux et téméraire, collant un bonnet d’âne de Jean-Michel Blanquer. Depuis son pupitre des hauteurs de Ménilmontant, la comédienne Mélody Banquet – tout récemment vue dans Nous sommes en guerre, web-série entièrement confinée réalisée par Emmanuel Fricero – trace les grandes lignes d’une « Méthode D’éducation par le Rire » (MDR), à raison de deux heures trente obligatoires par semaine dès la sixième, avec moult exercices pratiques, afin d’apprendre aux ados à affronter « l’angoisse de la mort et les injustices d’un système économique, politique et social reposant sur la domination et la surproduction pour faire face à une crise démographique majeure ». En pleine écriture de son premier seule-en-scène, la voici qui milite pour un « rire au service de l’avenir ».

Pour voir Mélody Banquet interpréter le cochon Babe en gueule de bois face à un Superman penaud dans le court-métrage George Miller, écrit par ses soins et réalisé par Viktor Miletic, c’est ici.

Visuel © Rock Academy, de Richard Linklater (2003).

L'Arche de Nova
Emissions

L'Arche de Nova

L'Arche de Nova par Richard Gaitet
Du lundi au vendredi à 7h10

Image : Stalker, d’Andreï Tarkovski (1979).

Ariel Kyrou (2/5) : « Demain, des connaissances hallucinantes sortiront de ce tunnel mortel »

Spécialiste de Philip K. Dick, auteur d’un essai en forme de réservoir à fictions vitales pour bricoler l’après, ce journaliste parisien réexplore pour nous, à pas de loup, la « Zone » mutante de « Stalker ».

Image : Masayoshi Sukita, version colorisée de sa photo de pochette pour l’album Heroes de David Bowie (1977).

Clara Ysé : « Demain, nous pourrions être des héros, juste pour un jour »

Lyrique et audacieuse, cette musicienne parisienne nous murmure une liste de « talismans » pour le futur, suivie d’une reprise solaire et dédoublée de David Bowie, enregistrée rien que pour nous.

Image : Hotline to God Store, tous droits réservés (2014).

David Neerman : « Demain, nous téléphonerons à Dieu »

Co-auteur d’un album de magnifique mystique, ce pianiste et vibraphoniste anglais, posé en Bourgogne, passe un coup de fil au Très-Haut – qui s’avère être une femme – et demande, clope au bec, une « mise à jour ».