Aller au contenu principal

Olympe de G. : « Dans le futur du porno, on entendra "encore" et "arrête" »

Cette réalisatrice féministe nous offre un plaidoyer lumineux pour un X éthique aux corps non stéréotypés, au consentement permanent, dénué de performance, en toute intimité.

« Un jour, ce sera la dernière fois que je ferai l’amour. J’aimerais le savoir, j’aimerais m’y préparer, avec celui qui sera ma dernière rencontre. » À l’écran, une icône : Brigitte Lahaie, 64 ans. Ses adieux au hard remontent à 1980, mais l’actrice sublime et libre de Je suis à prendre et des Grandes jouisseuses a accepté de tourner un dernier porno pour Olympe de G., qui cosigne le scénario de son premier long-métrage intitulé Une dernière fois. Dans la peau de Salomé, voyant défiler dans son appartement les prétendant.e.s venu.e.s lui offrir d’ultimes orgasmes, Brigitte Lahaie y apparaît sans fard, magnifique de vulnérabilité.

Diffusé sur Canal+ le 6 juin, le film livre une leçon de consentement et de plaisirs pluriels, un tableau de visages en extase non-simulée, une expérience de l'intimité dénuée de performance, où la pénétration n’aurait rien d’un passage obligé, donnant à voir des corps non-stéréotypés : seniors, handicapé, femme en surpoids, ou même un couple mixte amoureux dont l’homme conserve ses chaussettes fantaisie. Les sexes n’y sont pas toujours visibles, cette question étant laissée au bon vouloir de leurs propriétaires – tel celui de Brigitte Lahaie, qui en rit face caméra : « Tu dis ce que c’est pas un film de cul, tu ne verras pas mon cul. »

Au sein de notre Arche, Olympe de G. nous offre un plaidoyer lumineux pour un pornoéthique. « Les langues et les doigts se mêleront au-delà du spectre des genres, au-delà des dynamiques de domination, sans jugement de valeur. Il n’y aura plus que de la fluidité, et des fluides, et tout ça ruissellera de sérénité. Il n’y aura plus de "salopeni de "chaudasse", il n’y aura que des personnes désirantes que leurs envies rendent belles et libres. On pourra se laisser aller. » Avec, au milieu, ce nouveau verbe : circlure. « Circlure c’est l’inverse de pénétrer. C’est l’acte d’enfiler, enrober, englober. Pour faire simple, aujourd’hui on dit que le pénis pénètre la bouche le vagin l’anus… On pourrait aussi dire que l’anus, la bouche et le vagin circluent le pénis. »

Habillage de cet épisode déshabillé : Malo Williams.

Pour voir la bande-annonce et lire les intentions d’Une dernière fois, c’est ici.

Visuel © The Bitchhiker, d’Olympe de G. (2016).

L'Arche de Nova
Emissions

L'Arche de Nova

L'Arche de Nova par Richard Gaitet
Du lundi au vendredi à 7h10

Image : Stalker, d’Andreï Tarkovski (1979).

Ariel Kyrou (2/5) : « Demain, des connaissances hallucinantes sortiront de ce tunnel mortel »

Spécialiste de Philip K. Dick, auteur d’un essai en forme de réservoir à fictions vitales pour bricoler l’après, ce journaliste parisien réexplore pour nous, à pas de loup, la « Zone » mutante de « Stalker ».

Image : Masayoshi Sukita, version colorisée de sa photo de pochette pour l’album Heroes de David Bowie (1977).

Clara Ysé : « Demain, nous pourrions être des héros, juste pour un jour »

Lyrique et audacieuse, cette musicienne parisienne nous murmure une liste de « talismans » pour le futur, suivie d’une reprise solaire et dédoublée de David Bowie, enregistrée rien que pour nous.

Image : Hotline to God Store, tous droits réservés (2014).

David Neerman : « Demain, nous téléphonerons à Dieu »

Co-auteur d’un album de magnifique mystique, ce pianiste et vibraphoniste anglais, posé en Bourgogne, passe un coup de fil au Très-Haut – qui s’avère être une femme – et demande, clope au bec, une « mise à jour ».