Aller au contenu principal

Olympe de G. : « Dans le futur du porno, on entendra "encore" et "arrête" »

Cette réalisatrice féministe nous offre un plaidoyer lumineux pour un X éthique aux corps non stéréotypés, au consentement permanent, dénué de performance, en toute intimité.

« Un jour, ce sera la dernière fois que je ferai l’amour. J’aimerais le savoir, j’aimerais m’y préparer, avec celui qui sera ma dernière rencontre. » À l’écran, une icône : Brigitte Lahaie, 64 ans. Ses adieux au hard remontent à 1980, mais l’actrice sublime et libre de Je suis à prendre et des Grandes jouisseuses a accepté de tourner un dernier porno pour Olympe de G., qui cosigne le scénario de son premier long-métrage intitulé Une dernière fois. Dans la peau de Salomé, voyant défiler dans son appartement les prétendant.e.s venu.e.s lui offrir d’ultimes orgasmes, Brigitte Lahaie y apparaît sans fard, magnifique de vulnérabilité.

Diffusé sur Canal+ le 6 juin, le film livre une leçon de consentement et de plaisirs pluriels, un tableau de visages en extase non-simulée, une expérience de l'intimité dénuée de performance, où la pénétration n’aurait rien d’un passage obligé, donnant à voir des corps non-stéréotypés : seniors, handicapé, femme en surpoids, ou même un couple mixte amoureux dont l’homme conserve ses chaussettes fantaisie. Les sexes n’y sont pas toujours visibles, cette question étant laissée au bon vouloir de leurs propriétaires – tel celui de Brigitte Lahaie, qui en rit face caméra : « Tu dis ce que c’est pas un film de cul, tu ne verras pas mon cul. »

Au sein de notre Arche, Olympe de G. nous offre un plaidoyer lumineux pour un pornoéthique. « Les langues et les doigts se mêleront au-delà du spectre des genres, au-delà des dynamiques de domination, sans jugement de valeur. Il n’y aura plus que de la fluidité, et des fluides, et tout ça ruissellera de sérénité. Il n’y aura plus de "salopeni de "chaudasse", il n’y aura que des personnes désirantes que leurs envies rendent belles et libres. On pourra se laisser aller. » Avec, au milieu, ce nouveau verbe : circlure. « Circlure c’est l’inverse de pénétrer. C’est l’acte d’enfiler, enrober, englober. Pour faire simple, aujourd’hui on dit que le pénis pénètre la bouche le vagin l’anus… On pourrait aussi dire que l’anus, la bouche et le vagin circluent le pénis. »

Habillage de cet épisode déshabillé : Malo Williams.

Pour voir la bande-annonce et lire les intentions d’Une dernière fois, c’est ici.

Visuel © The Bitchhiker, d’Olympe de G. (2016).

L'Arche de Nova
Emissions

L'Arche de Nova

L'Arche de Nova par Richard Gaitet
Du lundi au vendredi à 7h10

Black Mirror S1E3, Retour sur image, de Jesse Armstrong (2011)

Josselin Bordat : « Demain, on voyagera dans le temps pour sauver son couple »

Tel un Doc Brown sous MD, ce Parisien jovial, auteur d’un réjouissant recueil de nouvelles érotiques futuristes, détaille le succès imminent des « chronothérapies » susceptibles d’enrayer les pannes de désir.

Image : Millenium – Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, de David Fincher (2011).

Alexandra Dezzi : « Demain, nos cris ne seront jamais vains »

Cette autrice parisienne, moitié jumelle du duo rap Orties, déclame un bref poème « pour un futur respirable », où « ni ta mère ni ta sœur ne seraient bafouées », où « ni ton père ni ton frère ne connaîtraient les baffes et le fouet ».

Image : Jim Hendin, pochette de What’s going on de Marvin Gaye (1971).

Carl Agité : « Demain, nous suivrons à la lettre les préceptes de Marvin Gaye »

Toujours aussi pépouze dans son chalet alpin situé « en 2081 », cet énigmatique « ermite » nous chante les louanges d’un mouvement spirituel visionnaire, le « marvinisme », fondé sur les paroles du légendaire album « What’s going on ».