Aller au contenu principal

« Potato », la pomme de terre connectée

Morane Aubert décortique les tréfonds d'Internet.

C'est sûrement l'un des plus gros trolls fait à l'industrie de l'électronique. Cela s’est passé la semaine dernière pendant le plus gros salon de l’électronique au monde, le CES, pour Consumer Electronic Show, qui se tenait du 7 au 10 janvier. C’est là-bas que toute la start up nation se réunit chaque année, pour présenter les innovations de demain dans le monde des appareils électroniques.

Dans les allées, des voitures électriques, des humains virtuelles, des mini robots qui transportent des rouleaux de papiers toilettes - pratique - des sextoys qui s’activent à distance. Des nano drones - des tout petits drones - qui détectent les moustiques dans vos pièces à vivre et les tuent. 

175 000 visiteurs à ce CES, 4 400 exposants dont 350 entreprises français, et parmi ces français, un certain Nicolas Baldeck, qui présentait une innovation un peu chelou : 

Cette vidéo, c'est la démo de POTATO, l’innovation du grenoblois Nicolas Baldeck. Une technologie qui permet de faire d’une patate un assistant personnel, comme Siri ou OK Google. Il suffit de planter dans la patate une carte électronique, qui permet de communiquer avec cette patate et de lui poser des questions avec son téléphone portable…

Vous vous le dites sûrement, ceci n'a aucun sens. Et vous avez raison, il s'agit clairement d'un troll, un pied de nez fait à l’industrie de l’électronique. Une manière de se moquer de ces centaines d’objets connectées inutiles présentés pendant le salon. 

Sur Twitter, Nicolas Baldeck explique : « Au CES, on a découvert le Walkman et le lecteur DVD. Par contre mettre une puce bluetooth à 5$ dans n'importe quel objet pour le vendre 2x plus cher, ça n'est pas une innovation technologique. C'est une innovation marketing. »

Il continue en précisant qu’il n’est pas venu avec cette patate intelligente pour se moquer mais plutôt pour interpeller sur le bien fondé du « tout connecté ». Il lui a suffit de payer 1000 euros pour son stand, 3000 pour le voyage et les frais de logement, pour présenter sa patate pendant quatre jours à 175 000 visiteurs un peu dubitatifs, mais surtout pour faire passer son message sur les réseaux sociaux, puisque cette patate sur internet, tout le monde en parle.

Il est possible d'acheter Potato. Nicolas Baldeck a lancé une campagne Indiegogo. 31 euros la patate connectées. 93 vendues pour l’instant. Ça m’a fait penser à une réplique connue. 

Visuel © Capture d'écran Youtube / Nicolas Baldeck

La Chronique AZERTYUIOPQ
Emissions

La Chronique AZERTYUIOPQ

par Morane Aubert
Le lundi à 8h45

Morane Aubert décortique les tréfonds d'Internet.

La cumbia del Coronavirus

Morane Aubert décortique les tréfonds d'Internet.

ddd

Naomi Siebt, égérie anti-Greta Thunberg

Morane Aubert décortique les tréfonds d'Internet.

Netflix est-il en train de tuer la télé ?

Netflix est-il en train de tuer la télé ?

Morane Aubert décortique les tréfonds d'Internet.