Aller au contenu principal

« Les Mots Bleus » de Christophe, façon Johan Papaconstantino

L’auteur de « J’aimerai » reprend Christophe. C’est un chouette hommage.

Par Bastien Stisi
Johan Papaconstantino

Le truc de Johan Papaconstantino, vu samedi dans l’après-midi au We Love Green (et la première fois très tôt le matin dans Plus Près De Toi), c’est de mélanger, au sein du même réceptacle, la musique trap, la pop funky, le chant sous autotune, et le rebetiko, une forme de musique populaire grecque, apparue dans les années 1920. Le garçon, artiste peintre à Saint-Ouen et multi-instrumentiste de talent (son premier album, Contre-jour, est sorti cette année), est effectivement dans une niche (la sienne, indiscutablement), et s’avère autant fan de Vangelis Perpiniadis, ce musicien grec dont il reprenait, sur son petit tube « J’aimerai » le classique « Na ‘Mouna To Sedonaki », que de Christophe, le chanteur noctambule aux mots bleus (ceux que l'on dit avec les yeux) et au chant fracturé. Ce morceau sorti en 1974 et devenu, depuis, un standard parfait de la variété française (Alain Bashung l’avait repris à sa sauce, tout comme Kids United - chacun son truc), est donc aujourd’hui revisité par Papaconstantino, qui déstructure le chant de l’auteur d’« Aline », une reprise dont on vous laisse, car c’est votre droit le plus formel, vous faire un avis. Nous par exemple, on adore, et on se laisse la possibilité d'envisager, quel bonheur, « le silence immobile d'une rencontre».

Visuel © Plus Près De Toi