Aller au contenu principal

Le gouvernement libanais ferme le club The Gärten à Beyrouth

Pour des questions religieuses.

Par Clémentine Spiler

Le 20 mai, une vidéo du DJ allemand Acid Pauli, mixant au Gärten à Beyrouth, a fait surface sur les réseaux sociaux. On l’entend notamment diffuser des extraits du Coran. Un juge libanais a décrété la fermeture du club, estimant que cet incident offensait les croyances religieuses des musulmans, les textes sacrés étant diffusés dans un lieu de fête et mixés avec de la musique. Le sujet est particulièrement sensible au pays du Cèdre qui jongle au quotidien avec ses différentes identités religieuses. 

En réponse, les responsables du club ont clarifié plusieurs points dans un communiqué posté le 22 mai sur Facebook. « Le son diffusé est clairement un switch entre plusieurs stations de radio locales, et il s’avère que l’une d’elle diffusait un extrait d’une récitation du Coran. Ce verset ne dure que quelques secondes et n’a pas été répété ensuite. » Le Gärten accuse l’auteur de la vidéo (qui a mené à la fermeture du club) d’avoir intentionnellement mis l’extrait en boucle pour faire croire à une diffusion bien plus longue que ce qu’elle a été en réalité. De plus, le club explique que « l’artiste est allemand et ne comprend ni la langue [arabe, NDLR] ni l’aspect religieux de cet extrait. Le management est intervenu directement pour le stopper et lui a expliqué ce qu’il avait fait, ce pour quoi il s’est instantanément excusé. »

Et les responsables du club de souligner que les auteurs de cette vidéo ont « intentionnellement incité à l’extrémisme religieux (…) et déclenché une vague de commentaires, messages, et appels téléphoniques haineux. (…) Le Gärten a été créé pour remplir le coeur des gens de joie et d’amour. Les fake news et les médias manipulateurs on mené à la fermeture d’un lieu qui a fait vivre plus de 200 familles ces sept dernières années. »