Aller au contenu principal
Frank Hoensch 

L’anniversaire du jour : « 6 Feet Beneath the Moon » de King Krule

Sorti fin août 2013, c’est le premier album de la voix la plus écorchée de Forest hill.

Par Sophie Marchand

Tous les jours dans Alpha Beta Nova (lundi au vendredi, 9h-13h), Sophie Marchand célèbre un anniversaire, d'une personne, d'un disque ou d'un événement.

L’anniversaire du jour nous emmène en Angleterre, il n’y a pas si longtemps, fin août 2013, date de la sortie d’un drôle de disque : 6 Feet Beneath the Moon de King Krule. Un album ni attendu, ni évident mais qui a séduit partout et surtout dans les couloirs de Radio Nova.

Archie Marshall de son vrai nom, se présente comme un jeune anglais aussi brillant qu'il a l’air dans la lune. Originaire du quartier de Forest Hill en banlieue de Londres, il  a toujours détesté l’école et adore les pubs et les cultures undergrounds. À l’époque, c’est à peu près tout ce qu’on connait de lui, mis à part qu’il a sorti, sous le nom de Zoo Kid, des petits EP en 2010 et 2011 - remarqués par certains diggers d'avant l'heure. Mais si l'on sait si peu de choses sur lui, c’est que le personnage n’est pas bavard et que justement, il ne rêve clairement pas de devenir une pop star et tient à se préserver. 

Rageuse mélancolie

Et à vrai dire, c'est aussi parce que pour comprendre King Krule, il faut écouter son disque. S'y découvre un jeune adulte perdu, mélancolique, colérique qui est aussi un érudit de musique, fan de jazz de musique électronique et de grime. King Krule, c'est un musicien né sur internet, élevé par internet, extrêmement agile et moderne.

Premier enfant de cette génération de talents pétrifiés de nihilisme, King Krule a la rage contagieuse. Son écriture, sa voix qui s’écorche par moment nous touchent frontalement. 6 Feet Beneath the Moon n’est peut-être pas le genre d’album qui s’écoute frénétiquement, en boucle, de par son côté râpeux, brutal et froid, presque anesthésiant d’une certaine manière. Toujours est-il que ce premier album reste intact dans sa fougue, sa puissance et sa beauté.

King Krule était l'an dernier l'invité du Nova Club de David Blot.

Visuel © King Krule - Frank Hoensch