Aller au contenu principal

Chloé Delaume : « En cas de grève nationale des femmes »

En faveur d’une sororité de combat, l’autrice féministe des « Sorcières de la République » appelle au blocage des entreprises et des institutions, le temps d’une fiction prospective inédite.

grève

Pour obtenir « l’égalité, point final » entre les hommes et les femmes, et si les Françaises… se mettaient en grève ? Une grève nationale totale – du travail, du sexe, du couple et de la famille ? Le 14 juin prochain ? Sur le modèle de la grève féminine survenue en Suisse le 14 juin 2019, qui rassembla une femme sur neuf ? Pour protester contre l’écart salarial, les violences, la non-équité du temps dévoué aux tâches domestiques ? Bloquer les entreprises et les institutions ? Dans moins de quatre mois ? « La grève de tous nos outils de production. Les femmes bras croisés, le pays perd pied. »

Marion

Cette idée réjouissante fut formulée début février au Centre Pompidou, sous la forme d’une « fiction prospective » signée et déclamée par Chloé Delaume, comme la prolongation naturelle de son essai Mes bien chères sœurs (2019), manifeste pour une sororité de combat qui s’apprête à sortir en poche chez Points. L’écrivaine, dramaturge et performeuse, en activité depuis vingt ans notamment via un impressionnant cycle autofictionnel, y consignait « l’Apocalypse d’après Weinstein (…) les porcs balancés dans un étang de feu (…) l’extinction d’un système (…) l’autorité qui, déjà, comme la honte, change de camp », tout en remixant Le Chant des partisans version pétroleuse, un schlass à la main. « Rangez vos canines, être sœurs c’est plus qu’être camarades. Sortez les cisailles, les hashtags qui mitraillent les grillades / Ohé, harceleurs, priapiques adipeux, courez vite ! / Ohé, prédateurs, attention petits pourceaux, ça retweete / C’est nous qui brisons le cristal comme le plafond de verre / Sororales secousses, neutraliser la frousse, tenancières / Il y a un pays, des femmes, une utopie et une trêve / Ici, nous, vois-tu, rivales et séparées, on en crève. »

buffy

En attendant le futur appel du 14 juin et que « déferle la vague aux milliers d’amies inconnues » sur tous les boulevards de l’Hexagone, l’essentiel du texte est lu aujourd’hui par la comédienne Anne Steffens. Tandis que Chloé Delaume, elle, reviendra sur l’oeuvre de trois Amazones : l’autrice et dessinatrice Claire Bretécher, l’activiste radicale américaine Valerie Solanas ou… Buffy la tueuse de vampires, à laquelle elle consacra en 2007 une fan-fiction sous forme de « livre dont vous êtes l’héroïne », La nuit je suis Buffy Summers, qui sera réédité en avril aux éditions Jou. En préface, son ami Pacôme Thiellement écrit qu’elle a trouvé « dans la société des sorcières sa terre promise ». Suivons-là, salut Sabbat.

anne

Le texte de Chloé Delaume sur la grève des femmes est à lire ici en intégralité.

Reconstitution : le procès de Bobigny, ce spectacle d'Émilie Rousset et Maya Boquet, avec Anne Steffens, sur ce moment moment crucial dans l’avancée des droits des femmes, sera joué lundi 2 mars à l'université Paris-Diderot et le 8 mars au Théâtre des Bergeries de Noisy-le-Sec.

Une émission imaginée et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut avec l’aide de Nabil Chafa. Programmation musicale : Michael Liot.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard Gaitet
DImanche 12H00-13H00

Dias de los muertos

Nova Book Box, épilogue – l’enterrement mexicain

Finito, rideau, merci pour tout et à bientôt, vous pouvez débrancher la machine : le juke-box littéraire de Radio Nova ne reprendra pas à la rentrée. Après neuf saisons, dansons sur sa tombe en buvant de la tequila, en public. Olé !

Lost

Xabi Molia : « La catastrophe, c’est aussi le temps de l’aventure »

À la rentrée, cet écrivain et cinéaste d’origine basque publiera une robinsonnade dans laquelle 80 Français, fuyant l’Hexagone en proie à une épidémie de grippe inédite et ravageuse, se réfugient sur une île déserte du Pacifique.

Ex-Cahiers du Cinéma : « L’intensité de la colère, symétrique à l’ardeur de l’amour »

Ex-Cahiers du Cinéma : « L’intensité de la colère, symétrique à l’ardeur de l’amour »

Comment les mots viennent aux critiques ? Deux membres de l’équipe démissionnaire des « Cahiers du Cinéma », Jean-Philippe Tessé et Paola Raiman, feuillettent leur livre d’images en insistant sur la dimension littéraire de l’exercice.