Aller au contenu principal

Gyedu-Blay Ambolley, le James Brown ghanéen du highlife

Le chanteur et multi-instrumentiste a crée son propre style, le "Simigwa", qui donnera lieu au premier morceau rappé de l'histoire. L'icône du funk tropical des 70s revient sur 50 ans de carrière avec son 31ème album "11th Street, Sekondi".

Mathieu Girod démarre l'année 2020 en rencontrant une légende du highlife ghanéen, Gyedu-Blay Ambolley. Croisé au début de l'hiver lors du Tribu Festival à Dijon, le chanteur et multi-instrumentiste surnommé le "James Brown du Ghana" raconte sa jeunesse et sa contribution à l'âge d'or du highlife au début des années 70 au sein du Uhuru Dance Band aux côtés d'une autre icône,  son ami Ebo Taylor. 

gyedu-blay ambolley 11th street sekondi

En 1973, Gyedu-Blay sort le 45 tours "Simigwa Do" qui donnera son nom au genre musical Simigwa. Ce titre mêlant highlife, jazz, avec un phrasé chanté en langue fanti s’apparentant au funk parlé, fait de Gyedu-Blay Ambolley le précurseur du rap.  Il affirme depuis, être le précurseur du rap avec ce single considéré comme le premier morceau rappé commercialisé, bien avant The Sugarhill Gang.
Il va dès lors parcourir le monde et partager les scènes avec Miriam MakebaManu Dibango ou encore Fela Kuti.

Gyedu-Blay Ambolley, le James Brown ghanéen

Toute cette créativité, le chanteur et musicien l'a tire de sa ville natale, Sekondi-Takoradi, une cité portuaire riche de cultures musicales grâce aux milliers de disques rapportés des Amériques et des caraïbes par les marins. Pour célébrer ses 50 ans de carrière, il rend hommage naturellement à son quartier natal avec son nouvel album "11th Street, Sekondi", un condensé de toutes ses expériences musicales avec son groove inimitable. Dès la première écoute, on comprend pourquoi les diggers du monde entier s'arrachent ses disques.

Nova dans la gueule du monde
Emissions

Nova dans la gueule du monde

par Mathieu Girod
Le samedi de 11h à 13h sur Nova Lyon

Sekou Kouyaté, le "Jimi Hendrix de la Kora"

Sekou Kouyaté, le "Jimi Hendrix de la Kora"

Le griot guinéen électrise et dote d'effets sa kora pour propulser la tradition mandingue dans le futur

Crédit Photo Nii Okai DJarbeng - Ni Dieux, ni maîtres, ni frontières, les rappeurs FOKN Bois bouleversent la sono-mondiale.

Ni Dieux, ni maîtres, ni frontières, les rappeurs FOKN Bois bouleversent la sono-mondiale

Considérés comme les petits frères de Outkast ou les Monty Python du Ghana, ce groupe trouble l'ordre établi avec leur pidgin rap qu'ils nomment "Gospel Porn"