Aller au contenu principal
Nouvo Nova : « Immensita » d’Andrea Laszlo de Simone

Depuis l’Italie, la pop immense et intemporelle d’Andrea Laszlo de Simone

Nouvo Nova : « Immensita » d’Andrea Laszlo de Simone.

Par La programmation musicale

Chaque jour, Nova met un coup de projecteur sur une nouveauté : le Nouvo Nova vous présente les coups de cœurs de la programmation, afin que vous ne ratiez rien des dernières trouvailles qui nous ont titillé l’oreille. Aujourd'hui : « Immensita » d’Andrea Laszlo de Simone.

Face à la violence du monde contemporain, Andrea Laszlo de Simone offre un doux refuge. Refusant les tendances de la musique italienne actuelle, qu’il n’écoute pas, et s’isolant d’influences artistiques extérieures (il dit n’avoir jamais ouvert de livre et ne pas posséder de disques), ce chanteur moustachu d’une trentaine d’années vit et produit dans son Piémont natal, à Turin, une ville « secrète, ambigüe, un peu magique ». C’est au milieu des montagnes qu’il s’est retrouvé être à apprendre tout seul un tas d’instruments, poussé par la seule curiosité et un goût pour un certain âge d’or de la chanson italienne, celle qui berçait son enfance.

Pour son nouvel EP Immensita, trente-six morceaux différents ont été enregistrés. Seuls quatre ont été gardés, formant les quatre mouvements d’un concerto ambitieux articulé autour de la « circularité du temps ». Parmi eux, la chanson-titre « Immensita » : sublime symphonie au charme intemporel, le genre de ritournelle que Sébastien Tellier n’aurait pas reniée, et dont les cordes ont été enregistrées au Conservatoire de Paris. Dans le clip du titre, révélé ce vendredi, une femme se laisse tomber lentement, les cheveux au vent, et nous tombons comme elle pour Andrea et sa pop aux dimensions de l’univers.

Si le festival est maintenu, Andrea Laszlo de Simone se produira le 23 avril au Printemps de Bourges.

Visuel © Roberta Paolucci