Aller au contenu principal
Ranil

Dans les 70's, la cumbia psychédélique de Ranil

Des rares grooves en pagaille.

Par Bastien Stisi

Ces derniers jours paraissait chez Analog Africa, le label qui réédite quelques-uns des disques les plus fascinants ayant trait, de près ou de loin, à la culture africaine, un album hommage à Raúl Llerena Vásquez, aka « Ranil », musicien, chanteur, homme de radio et même politicien qui créa, au début des années 1970 dans une ville isolée du Pérou amazonien (Iquitos, entourée par une forêt sans fond et par les bruissements intempestifs de la nature protectrice), une cumbia psychédélique, dansante et complètement délurée.

Après la compilation Jambu e Os Míticos Sons da Amazônia qui racontait il y a quelques mois les sons de Belém et de l’Amazonie brésilienne, c’est le deuxième disque lié à la plus grande forêt du monde que Samy Ben Redjeb (fondateur d’Analog Africa) présente via son label de réédition. Est-ce parce que certains envisagent le pire, et une fin plus proche que prévu pour la géante Amazonie, que des regards, plus attentifs peut-être qu'hier, se tournent soudain vers elle ?

Oui mais voilà, avec l’avènement malheureux du Covid19, la sortie, aussi essentielle soit-elle, de ce disque, Ranil y su Conjunto Tropical, a été légèrement perturbée. Pas de sortie physique pour le moment, mais exclusivement du digital, ce qui est déjà très bien mais qui n’est pas suffisamment pour Samy qui en profite, puisque le garçon est généreux, de livrer, et ce depuis le début du confinement, un morceau par jour issus du catalogue de cet artiste péruvien auteur d'une série de rares grooves qui vous aideront, espérons-le, à traverser ce moment complexe de la plus chouette des manières.

Ce sont donc des raretés du label Analog Africa que l’on vous propose ici et quand on vous dit « rareté », le mot n’est pas vain, puisque l’on évoque tout de même là des morceaux qui, sans l’intervention de passionnés et de mélomanes qui font le tour de la planète à la recherche des perles les plus rares et les plus précieuses qui soient (l’analogie entre les perles et la musique, ça fonctionne ?) n’auraient jamais, ô grand jamais, pu parvenir jusqu’à vos oreilles.  Profitez d'avoir du temps (si toutefois vous en avez vraiment) ; ce n'est pas si souvent que cela arrive.

Stay Safe & Sound Ranil Selection !! : cette belle initiative s'écoute par ici.

Visuel © Analog Africa