Aller au contenu principal
Laurent Garnier

« Chère madame la ministre de la culture » : la lettre ouverte de Laurent Garnier

Le monde de la nuit est en danger. Laurent Garnier prend la parole.

Par Bastien Stisi

Le DJ, producteur, ancien programmateur de Radio Nova et accessoirement Officier des Arts et des Lettres, Chevalier de la Légion d’Honneur, a publié ces dernières heures sur son site officiel une lettre ouverte adressée à Roselyne Bachelot, actuelle Ministre de la Culture. Il y dénonce "le manque flagrant de considération" du ministère "envers le secteur de la nuit et des clubs", un manque "clairement interprété par beaucoup d’entre nous comme une forme de mépris incompréhensible".

Il rappelle le déséquilibre flagrant entre la manière dont sont traités les acteurs du spectacle dit "vivant" et ceux qu'ils considèrent, de manière ironique et méta lucide, comme ceux émanant du spectacle "mort".

"Lors de votre allocution vous avez parlé de la grande souffrance du cinéma et du monde du spectacle vivant. En effet ces secteurs souffrent terriblement (comme beaucoup d’autres) depuis le début de la crise sanitaire. Mais fort heureusement pour eux, les salles de cinéma, les théâtres et certaines salles de concerts ont quand même pu rouvrir malgré un protocole sanitaire compliqué.

On entend aujourd’hui beaucoup parler de la colère des restaurateurs et des cafetiers due au couvre-feu. Mais là encore, même s’il est dramatique de constater qu’ils tournent tous aux ralentis, et de façon extrêmement contrainte, ils ont quand même eu, tant bien que mal, quelques possibilités de réouverture.

En revanche, j’aimerais attirer votre attention sur le fait que, depuis début mars, le secteur « de la nuit et des clubs » (dont je fais intrinsèquement partie) est quant à lui totalement à l’arrêt. Pour nous la fête est terminée, et ce depuis maintenant huit longs mois."

La lettre ouverte de Laurent Garnier à lire en intégralité.

Et en attendant la réouverture de ces clubs qu'on appelle tous de nos vœux, il y a toujours les Teufs d'appart, et celle qu'on a pu vivre notamment au cœur du mois de mai aux côtés du patron.

Visuel © site officiel de Laurent Garnier