Aller au contenu principal

Le monde d'après

Richard Gaitet : « "Le monde d’après" devient "L’Arche de Nova" »

Richard Gaitet : « “Le monde d’après” devient “L’Arche de Nova” »

Le coordinateur de ce podcast a un message pour vous. Notez bien le nouveau nom de notre rendez-vous quotidien « d’utopies poétiques pour futurs désirables », déluge de bonnes idées dans un monde déconfiné.

Mélody Banquet : « Demain, l’absurde et l’autodérision seront enseignés à l’école »

Mélody Banquet : « Demain, l’absurde et l’autodérision seront enseignés à l’école »

Plus téméraire que Jean-Michel Blanquer, cette comédienne parisienne trace les grandes lignes d’une « Méthode D’éducation par le Rire » pour apprendre aux ados à affronter « l’angoisse de la mort et les injustices ».

Élodie Milo : « Demain, nous n’abattrons plus aucun arbre »

Élodie Milo : « Demain, nous n’abattrons plus aucun arbre »

En Normandie, cette musicienne mystique prédit que la crise virale durera jusqu’en 2022, jusqu’à… la rencontre fortuite entre l’odieux Bolsonaro, une chamane nonagénaire et un arbre sacré.

Babx : « Retrouverai-je bientôt ta bouche sur ma bouche ? »

Babx : « Retrouverai-je bientôt ta bouche sur ma bouche ? »

Le chanteur et pianiste romantique vient de mettre en ligne un album né d’un an de confinement volontaire. Et partage avec nous, depuis Montpellier, un texte inédit et animal, inspiré d’un absurde contrôle policier.

Philippe Garnier : « Demain, nous porterons deux masques »

Philippe Garnier : « Demain, nous porterons deux masques »

Imbibé d’humour noir, cet écrivain parisien, auteur d’une « Méditation sur les emballages », esquisse un futur docile où nous saurons concilier reconnaissance faciale et respect des normes sanitaires.

Brigitte Fontaine : « Vierge au masque noir, donne-nous la lumière »

Brigitte Fontaine : « Vierge au masque noir, donne-nous la lumière »

Allongée en son logis de l’Île-Saint-Louis, la femme-léopard nous lit « Les fruits confits », chanson-prière inédite où, « dans les neiges d’avril », on jette à la mer « les souvenirs d’enfer ».

Gaspard Royant : « Demain, tout bruit excessif nous paraîtra insupportable »

Gaspard Royant : « Demain, tout bruit excessif nous paraîtra insupportable »

Planqué en Auvergne, ce crooner intemporel murmure la démo d’une dystopie silencieuse, où même les radios chuchoteront leurs programmes. ASMR pour tous ?

Mademoiselle Caroline : « Demain, tous les pays seront dirigés par des femmes »

Mademoiselle Caroline : « Demain, tous les pays seront dirigés par des femmes »

En Haute-Savoie, cette autrice et dessinatrice de BD aimerait beaucoup que la charge mentale des tâches ménagères et familiales cesse de peser si lourd sur la moitié de l’humanité.

Julien Blanc-Gras : « Demain, les ambitieux se battront pour devenir éboueurs, à des salaires mirobolants »

Julien Blanc-Gras : « Demain, les ambitieux se battront pour devenir éboueurs, à des salaires mirobolants »

Près des Buttes-Chaumont, cet « écrivain-voyageur au foyer » nous invite à redéfinir la notion de réussite, lassés « de ces métiers débiles qui ne servent qu’à engraisser des robots ».

Sylvain Pattieu : « Demain, nous abattrons ensemble les murs de ce putain de labyrinthe »

Sylvain Pattieu : « Demain, nous abattrons ensemble les murs de ce putain de labyrinthe »

Confiné à Noisy-le-Sec, cet écrivain et historien prêche avec panache la convergence des luttes, « beaux dans nos habits neufs de lambeaux rouge drapeau, vert et arc-en-ciel, mêlés de bouts de gilets jaunes ».

Rémi Sanaka : « Demain, les toucans et les cacatoès attaqueront les drones de la police »

Rémi Sanaka : « Demain, les toucans et les cacatoès attaqueront les drones de la police »

Perché en Provence, cet ex-humoriste devenu scénariste imagine une utopie inter-espèces, plutôt cool, en harmonie avec nos frères animaux.

Élodie Milo : « Demain, à chaque nouvelle lune, nous nous retirerons dans une grotte »

Élodie Milo : « Demain, à chaque nouvelle lune, nous nous retirerons dans une grotte »

En Normandie, cette musicienne mystique préconise trois jours par mois d’isolement obligatoire, pour une déconnexion introspective capable de faire de nous « des sorciers, des sorcières ».