Aller au contenu principal
Carnaval, Souffle de liberté venu d'Angola

Bonga, souffle de liberté venu d'Angola

Nova Classic : « Mulemba Xangola » de Bonga.

Par Isadora Dartial.

Radio Nova revisite ses propres classiques : les raretés de tout bord qui rythment notre antenne, de la soul-funk au hip-hop en passant par les musiques afro-latines et la pop. Aujourd'hui : « Mulemba Xangola » de Bonga.

Un Nova Classic qui ne nous mène pas au Brésil mais en Angola qui fête également le carnaval dans la capitale, Luanda. Bonga, un artiste indissociable de Radio Nova puisque l'on joue les chansons de l’angolais depuis la création de la radio. Avec sa voix rauque que l’on reconnaît entre mille, il chantait à la fin des années 90, « Mulemba Xangola ». Une semba, ancêtre africain de la samba brésilienne que l’on retrouvera sur son album éponyme sorti en 2001.

Bonga, chanteur contestataire, opposant au colon portugais et contraint à l’exil n’aura de cesse depuis plus de 45 ans de chanter son pays et la liberté. D’Angola 72 à Hora Kota, ses chansons appellent à un retour au sources, convoquent les rythmes issus des musiques paysannes, et racontent l’exil -pour rappel c’est lui l’auteur du fameux Sodade interprété par Cesaria Evora -, des chansons qui ont longtemps étaient interdites en Angola. Mulemba Xangola convoque les tambours et sifflets de carnaval, une chanson qu’il a tour à tour chanté avec la star brésilienne Marisa Monte pour les compilations Red Hot (Red Hot Lisbonne) avant d’inviter la chanteuse cap-verdienne Lura sur son album en 2001. Le carnaval est une période pour expulser et retrouver ce sentiment de liberté, alors qui de mieux que Bonga pour incarner cet esprit ?