Aller au contenu principal
Bachar Mar-Khalifé et l’hommage au Nubien Hamza El Din

Bachar Mar-Khalifé et l’hommage au Nubien Hamza El Din

Le premier extrait de « The Water Wheel - A tribute to Hamza El Din », en exclu sur Nova.

Par Bastien Stisi

En 2017, après une tournée de deux ans qui l’avait vu présenter son superbe troisième album Ya Balad (« Lemon », « Layla », « Balcoon »…), le franco-libanais Bachar Mar-Khalifé se voit proposer une carte blanche par le festival Les Nuits Botanique, à Bruxelles. Le compositeur, multi-instrumentiste et chanteur songe alors à Hamza El Din, le musicien nubien particulièrement célèbre, aux États-Unis et dans son pays d’origine, dans les années 60 et 70, et pour lequel Bachar s’était passionné adolescent, après avoir découvert son oeuvre au sein de la très fournie discothèque familiale (Bachar Mar-Khalifé on le rappelle, est le fil de Marcel Khalifé, le très célèbre compositeur, chanteur et oudiste libanais). Il propose alors au festival une ré-interprétation de l’oeuvre d’Hamza El Din, et plus particulièrement de l’album The Water Wheel, paru en 1971, un album dont le titre principal et éponyme évoque la récupération de l’eau du Nil par une roue actionnée par des mains d’enfant. Quelques autres dates suivront (dont une, mémorable, lors du festival Terres du Son), bientôt suivi par une autre création, proposé cette fois aux côtés de Jeanne Cherhal, un hommage à deux pianos à la chanteuse Barbara.

Déjà confronté dans le passé aux créations originales censées ne durer qu’un moment (il avait par exemple donné en 2015 dans le cadre du festival Beyond My Piano, le remarquable Paradis de Helki au théâtre des Bouffes du Nord), Bachar Mar-Khalifé a ainsi décidé, cette fois, de proposer l’expérience sur disques, via l’album The Water Wheel - A tribute to Hamza El Din, qui arrive le 18 mai chez Caroline International. Voilà pour la première très bonne nouvelle.

De cet album, le morceau « Greetings » est le premier extrait, un morceau qui s’échappe de la version originale pour en proposer une version plus pop, plus lumineuse, brin de lumière isolé au sein d’un album à la couleur largement plus sombre. Un clip, joliment chorégraphie, accompagne également ce premier extrait, réalisé pour sa part par Clément Legrand, une vidéo qui nous projette donc vers la mi-mai, et l’hommage d’un monument d’aujourd’hui et de demain qui s’adresse à un monument d’hier.

The Water Wheel - A tribute to Hamza El Din

Visuel en Une : (c) Clément Legrand