Aller au contenu principal
« Je gère » d’Ami Yerewolo.

Ami Yerewolo, une rappeuse malienne qui gère

Nouvo Nova : « Je gère » d’Ami Yerewolo.

Par Michael Liot

Chaque jour, Nova met un coup de projecteur sur une nouveauté : le Nouvo Nova vous présente les coups de cœurs de la programmation, afin que vous ne ratiez rien des dernières trouvailles qui nous ont titillé l’oreille. Aujourd'hui : « Je gère » d’Ami Yerewolo.

C’est vendredi et Nova danse sur le nouveau morceau d’Ami Yerewolo. 

Elevée dans une petite ville à quelques centaines de kilomètres de Bamako, Ami a découvert le hip-hop avec Fanga Fin, pionniers du rap malien de la fin des années 90. Plus tard, elle décide de suivre leurs traces en se lançant elle-même dans la musique. Pas une mince affaire pour une femme venue d’une famille conservatrice et non d’une lignée de griots, et qui a donc dû surmonter de nombreux préjudices pour devenir aujourd’hui, l’une des premières rappeuses du Mali. Une rappeuse indépendante, créatrice de son propre label loin des « hommes pourris de l’industrie musicale malienne » (ce sont ses mots). Une artiste ambitieuse, qui lutte à sa manière contre le sexisme et les inégalités. Bref, une femme qui assure — on ne peut donc pas contredire le titre de ce nouveau tube puissant et dansant : « Je gère ». Et on comprend aussi ce qui a convaincu le musicien camerounais Blick Bassy de la signer sur son nouveau label Othantiq pour son nouvel album AY

Visuel © Ami Yerewolo