Aller au contenu principal
Ailleurs que le soleil, la pop survitaminée de Dopamoon

Ailleurs que le soleil, la pop survitaminée de Dopamoon

Nouvo Nova : « Ailleurs que le soleil » de Dopamoon.

Par La programmation musicale

Chaque jour, Nova met un coup de projecteur sur une nouveauté : le Nouvo Nova vous présente les coups de cœurs de la programmation, afin que vous ne ratiez rien des dernières trouvailles qui nous ont titillé l’oreille. Aujourd'hui : « Ailleurs que le soleil » de Dopamoon.

Dopamoon : le nom suggère un cocktail survitaminé servi dans un tiki bar quelque part sous les tropiques. C’est surtout, ici, une explosion de couleurs pop, une immense fête autour du monde organisée par trois musiciens d’horizons différents.

D’abord, on retrouve un nom familier, celui de Julien Barthe, alias Plaisir de France. Le DJ et producteur, l’un des acteurs de la French Touch originelle, est un habitué des collaborations (Dombrance, Barbara Carlotti ou encore Tristesse Contemporaine, pour ne citer qu’eux). Ici, il s’est acoquiné avec Francesca Veneziana et Virgile Alien, qui, nous dit-on, s’échangent leurs compositions à distance (et ce, avant même le confinement). Le tout dans une véritable effusion de créativité télépathique.

Avec Dopamoon, Plaisir de France se retrouve chef d’orchestre : un orchestre éclaté sur tous les continents, puisque l'album éponyme compte sur la participation d’artistes d’un peu partout. On navigue entre rythmes afro-pop, new-wave et disco survoltée, avec, au gré des chansons, les Sud-africains de Batuk, la chanteuse californienne Natalia M. King, ou bien, plus près de nous, le prometteur rappeur Zukouu Mayzie. Une virée euphorique qui se clôt en beauté avec un titre instrumental conçu comme un coucher de soleil musical : « Ailleurs que le soleil », superbe envolée disco d’où nous parviennent, derrière l’horizon, des échos de Bollywood.

Visuel © Dopamoon