Aller au contenu principal
Nova Classic : « Zungunzingugzungguzeng » de Yellowman.

« Zungguzungguguzungguzeng » : cauchemar de l’animateur radio, classique jamaïcain

Nova Classic : « Zungunzingugzungguzeng » de Yellowman.

Par Michael Liot

Radio Nova revisite ses propres classiques : les raretés de tout bord qui rythment notre antenne, de la soul-funk au hip-hop en passant par les musiques afro-latines et la pop. Aujourd'hui : « Zungunzingugzungguzeng » de Yellowman.

Un Nova Classic qui sonne comme un défi : celui de prononcer « Zungguzungguguzungguzeng », le cauchemar de l’animateur radio. Un mot absurde, imprononçable, mais néanmoins l’un des plus grands classiques de la musique jamaïcaine.

Il s’agit là de l’œuvre la plus mémorable du chanteur Winston Foster, surnommé Yellowman en référence à son albinisme — une condition dont il a beaucoup souffert en grandissant, mais qu’il s’est appropriée comme une revendication de sa singularité artistique. Orphelin, Yellowman trouve refuge dans le reggae et surtout le toasting, qu’il pratique dans les soundsystems de Kingston à la fin des années 70. À la fois chanteur et DJ, il émerge surtout comme l’une des figures du « rub-a-dub », cette première version du dancehall apparue au tout début des années 80.

En 1983, « Zungguzungguguzungguzeng » est un succès instantané. Le morceau est construit sur un riddim très populaire, d’abord utilisé par Alton Ellis en 1967, pour un morceau appelé « Mad, Mad Mad ». Connu plus tard sous le nom de « Diseases Riddim » (d’après le titre sorti en 1981 par Henry Junjo Lawes), cet instrumental sera samplé plus d’une trentaine de fois dans sa version popularisée par Yellowman. Vous avez un peu plus de quatre minutes pour maitriser ce « Zungguzungguguzungguzeng » !

Le Nova Classic, c'est aussi en podcast.

Visuel © Getty Images / David Corio