Aller au contenu principal
« Yandere » et l’amour possessif des hologrammes

« Yandere » et l’amour possessif des hologrammes

Chaque jour sur nova.fr, une exclu d’un film du Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand. Aujourd’hui : « Yandere » de William Laboury.

Par La rédac

Place forte du court-métrage français et international depuis 1982, deuxième festival de cinéma en France après celui de Cannes, le Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand accueille de nouveau cette année une programmation dantesque, pleine de 424 films, dont 161 en compétition. En marge des deux émissions que l’on proposera, depuis Clermont-Ferrand, le jeudi 6 et le vendredi 7 février — 9h-13h, dans le cadre de la Grasse Matinale avec Armel Homme et Sophie Marchand — on vous dévoile chaque jour en exclusivité l’un des films de cette programmation sur nova.fr. Aujourd’hui : Yandere de William Laboury.

Synopsis

Maiko est un hologramme miniature qui appartient à Jordan, un ado solitaire. Elle est conçue pour aimer son propriétaire d'un amour pur et infini. Mais le jour où Jordan l'abandonne pour une fille de son collège, les larmes de Maiko coulent, et elles ont un goût de sang.

Merci à Canal +, partenaire historique du festival du Court de Clermont-Ferrand et diffuseur du film, pour son aimable autorisation.

Tous les films sont à revoir sur le corner FESTIVAL DE CLERMONT disponible sur MyCanal.

« Yandere » de William Laboury

La programmation complète du Festival international du court-métrage de Clermont-Ferrand est ici.

Visuels © Yandere de William Laboury