Aller au contenu principal
Sur « Beige 70 », Cola Boyy chante l’amour et la différence

Sur « Beige 70 », Cola Boyy chante l’amour et la différence

Et le charme est total.

Par Bastien Stisi

Alors qu’il n’a que deux ans, un diagnostic terrible tombe sur le tout jeune Matthew Urango, californien originaire de la ville d’Oxnard : un handicap de naissance a entraîné une malformation de la colonne vertébrale, et oblige une opération d’urgence. Ses parents ont le choix : le fauteuil roulant à tout jamais, ou l’amputation de la jambe. C’est la deuxième option qui sera choisie. Matthew portera désormais une jambe artificielle, et un mental, surtout, à toute épreuve.

Devenu Cola Boyy, et l’un des crooners disco les plus singuliers de la fourmillante scène californienne, l’Américain a sorti le très excitant EP Black Boogie Neon cette année, et séduit son monde. Ici, chez Nova, on l’a par exemple fait jouer lors de notre dernière Nuit Zébrée parisienne, à La Bellevilloise. Et le charme n'a fait qu'amplifier.

Aujourd’hui, le Californien sort le morceau « Beige 70 », et embarque dans ses pas le Français Pablo Padovani (leader de Moodoïd et ancien guitariste de Melody's Echo Chamber), musicien et vidéaste qui offre un clip où le kitsch se transforme en cool, et où le handicap est montré, non plus comme une différence marginalisante, mais comme une arme de séduction massive. Cola Boyy, crooner et charmeur, est méchamment à l’aise dans un rôle qui lui sied à merveille.

Les membres de Domenique Dumont, eux, duo letton au nom franchouillard, propose un remix tout aussi pertinent du morceau, et laisse entrevoir un peu de lumière en cette journée si grise.

Visuel : (c) capture d'écran YouTube