Aller au contenu principal

Le Prix de Chlore, à la coule

Pour récompenser la meilleure scène de piscine de la littérature francophone des vingt dernières années, en direct des Bains-Douches à Paris.


À
 la coule, Nova a le plaisir de vous annoncer la création du « Prix de Chlore », variation aquatique du Prix de Flore, qui récompense la meilleure SCÈNE DE PISCINE de la littérature francophone des vingt dernières années, soit le texte profond d’un écrivain qui pique les yeux.

Souvenez-vou: en 1997, sous les hourras du célèbre établissement de Saint-Germain-des-Prés, le Prix de Flore était attribué à Philippe Jaenada pour son roman « Le Chameau sauvage ». L’histoire d’un jeune homme fou amoureux d’une fille extraordinaire, Pollux, qui travaille… « dans une piscine du dix-septième arrondissement, à la caisse : cet emploi simple lui convenait parfaitement car elle n'avait aucune autre ambition dans la vie que de lire des romans policiers et de s'amuser le soir. »

S’amuser le soir, c’est ce que nous avons fait le jeudi 6 avril de 21h à 23h du fond de la piscine des Bains-Douches à Paris, le temps d’une « Nova Book Box » exceptionnelle et humide. Via des mouvements gracieux de natation synchronisée, les scènes de piscine furent lues, analysées et débattues – dans l’eau – par un jury qui n’a pas eu peur de se mouiller.

L’émission a été présentée par Richard Gaitet, maître-nageur officiel du juke-box littéraire de Radio Nova, entouré pour l’occasion d’une équipe de baigneurs olympiques : Julien Blanc-Gras, Bertrand Guillot, François Perrin (écrivains), Aude Samarut (porte-parole d’Initiales, réseau de librairies indépendantes), Diane Bonnot (comédienne) et Julien Goetz (journaliste et comédien), tous impliqués dans le déjà très sérieusement absurde Prix de la Page 111, remis depuis cinq ans sur Nova.

21h Le Prix de Chlore, présentation.

21h10 Chronique de la scène de piscine des Bonnes Mœurs de Timothée Gaget, par Julien Blanc-Gras.

21h20 Brève présentation d’Un Dimanche à la piscine à Kigali de Gil Courtemanche, puis lecture de sa scène de piscine par Diane Bonnot, suivi d’une course de longueurs. Nageurs : Bertrand Guillot & Julien Goetz.

21h35Chronique de la scène de piscine de La Faute de Goût de Caroline Lunoir, par François Perrin.

21h55 Live de Barbara Carlotti : Mon Dieu, mon Amour.

22h00 Chronique de la scène de piscine de Kundalini de Diniz Galhos, par Bertrand Guillot.

22h10 Brève présentation d’On ne dormira jamais de Bruce Bégout, puis lecture de sa scène de piscine par Julien Goetz, suivi d’un concours de sauts à la ligne.Plongeurs : Julien Blanc-Gras, Bertrand Guillot, Aude Samarut, Julien Goetz, Diane Bonnot et François Perrin.

22h25 Les conditions impures d’un plaisir pur, lecture-performance de Camille Moravia, suivie des poèmes humides de Jérome Avraham Benarroch.

22h45 Chronique de la scène de piscine des Animaux sentimentaux de Cédric Duroux, par Aude Samarut. Suivi du célèbre numéro de claquettes de bain de Julien Goetz.

22h55 Proclamation du lauréat et remise d’une Palme d’or, par Philippe Jaenada.

23h Plongée générale dans la piscine.

Une émission conçue et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut.

 

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Flavien Berger voyage dans le temps !

Flavien Berger voyage dans le temps !

Dialogue et live science-fictionnels avec le compositeur du langoureux « Contre-temps », en public et en direct du Marché Dauphine de Saint-Ouen. Au pied d’une soucoupe volante !

François Schuiten : « La BD, c’est l’Atlantique à la rame, tous les jours »

François Schuiten : « La BD, c’est l’Atlantique à la rame, tous les jours »

Cofondateur des mythiques « Cités obscures », le dessinateur belge s’engouffre dans l’univers chéri de Blake et Mortimer pour une aventure pharaonique… qui signerait ses adieux à la BD. By Jove !

« Vous ne comprenez rien à la lune », par Alice Zeniter

« Vous ne comprenez rien à la lune », par Alice Zeniter

Un demi-siècle après Neil Armstrong et son grand pas pour l’humanité, la romancière de « L’Art de perdre » aborde le spleen des moonwalkers, le temps d'un duo récit-danse avec le chorégraphe Orin Camus.