Aller au contenu principal

Ça ira, Joël Pommerat !

Après le choc de son spectacle « Fin de Louis » sur les dernières heures de la monarchie, détail du travail de l'auteur-metteur en scène.

C'est un spectacle sur « l'effervescence de ce moment d'invention de la politique telle que nous la connaissons aujourd'hui ». Une pièce de 4h20 sur les dernières heures de la monarchie française, quand les députés du Tiers-Etat se constituent en assemblée, quand les émeutiers grondent dans Paris affamé, qui réussit le tour de force de n'être jamais ennuyeuse, manichéenne ou strictement pédagogique. C'est une illustration passionnante de la phrase de Churchill : « La démocratie est le pire des régimes, à l'exception de tous les autres », qui rappelle que le langage est une matière magique mais fragile et combien d'énergie et d'ingéniosité cela demande pour faire surgir une idée révolutionnaire par-dessus les calomnies, les conflits d'intérêts, les problèmes d'égo ou les attaques personnelles. C'est du théâtre en immersion, avec les mots et les habits de tous les jours, porté une trentaine de comédiens sur scène mais surtout dans la salle, vu à Nanterre-Amandiers, que vous pourrez découvrir au Havre, à Villeurbanne, Chambéry, Annecy, Mulhouse, Lille, Saint-Etienne ou à Sao Paulo, de décembre à mai 2016...

Ça s'intitule Ça ira (1) Fin de Louis et c'est un spectacle de Joël Pommerat, auteur-metteur en scène en activité depuis 1990 via sa compagnie Louis Brouillard, dont les méthodes de travail sont aujourd'hui dévoilées dans un essai signé Marion Boudier. Je vous en lirai trois extraits, à propos de l'implication des comédiens dans le processus créatif, du « laisser-être » demandé ou des influences littéraires, cinématographiques et picturales (parmi lesquelles Fellini, Borges ou Hopper) de celui qui, depuis vingt-cinq ans, entend « réunir le plus étrange avec le plus banal, le plus intime avec le plus épique, le plus tragique avec le plus dérisoire, le plus actuel avec le plus anachronique ».

Avant cela, il sera aussi question de la brève histoire des rouflaquettes, d'un DJ de musique classique ou de la série de science-fiction Battlestar Galactica. Et puis ça ira, non ?

21H40 Medhi Achouche, Battlestar Galactica et la politique-fiction américaine (tiré de Quaderni n°88).

22H00 Frédéric Lodéon avec Ersin Leibowitch, Passeurs de disques.

22H15 Jean Feixas & Emmanuel Pierrat, Barbes & moustaches (« Les côtelettes de poil »).

22H40 Joël Pommerat avec Marion Boudier, à propos de Ça ira (1) Fin de Louis (entretien tiré du livret accompagnant le spectacle).

23H00 Marion Boudier, Avec Joël Pommerat - un monde complexe (« D'où part l'écriture ? »).

23H20 Marion Boudier, Avec Joël Pommerat - un monde complexe (« La quête d'un état authentique, sans jeu »).

23H40 Marion Boudier, Avec Joël Pommerat - un monde complexe (« Fellini, Borges, Hopper... »).

P.-S. PODCAST : Suite à une déficience technique indépendante de notre volonté, la deuxième partie de l'émission, consacrée à Joël Pommerat, n'a malheureusement pas été sauvegardée par notre grand ordinateur. Cela ne doit en aucun cas vous dissuader d'aller voir ses spectacles ou de lire le livre de Marion Boudier sur son oeuvre. Avec toutes nos excuses !

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Nova Book Box Radio Nova

Dans les archives de la Book Box (6)

Dans les collines de Pagnol, JP Nataf et les livres, « Mort à crédit » par Jil Caplan, l’amour avec une pieuvre, seuls les snobs aiment Talk Talk… Souvenirs.

Jojo et son baluchon Radio Nova Book Box

Jojo, l’hommage national

Sur les Champs-Élysées de la bande dessinée, le petit garçon créé par André Geerts a les honneurs d’une intégrale, en compétition au prochain festival d’Angoulême.