Aller au contenu principal

Nova Book Box du 03 Juin

MARDI 3 JUIN

 

Un couple excessivement fusionnel parlera le langage de l'amour et de la violence. On entendra le comédien et metteur en scène Vincent Macaigne lire L'Idiot de Dostoïevski et nous interpeller sur notre nature « comique et frivole ». Tensions aussi dans les plis du bide de l'avocat toxicomane Oscar Zeta Acosta, l'acolyte de Hunter S. Thompson dans Las Vegas Parano, quand il se regarde à poil dans le miroir, ou quand il s'apprête à faire exploser une bombe dans un Palais de Justice. Tension également, voire haine de la part des graphistes du monde entier face à la police Comic Sans, qui fait bien rire l'équipe d'une nouvelle revue, Tind. Enfin point de tension, mais de la sérénité plutôt, à la lecture du n°50 de la revue Décapage.

 

22h05: Frédéric Berthet, L'interview imaginaire.

 

22h25: Xabi Molia, Jean-Philippe Mercier.

 

22h50: Pierre-Yann Lallaizon, 100% Comic 0% humour.

 

23h00: Xavier Mussat, Carnation.

 

23h10: Fedor Dostoïevski lu par Vincent Macaigne, L'Idiot.

 

23h25: Oscar Zeta Acosta, Mémoires d'un bison.

 

23h40: Oscar Zeta Acosta, La Révolte des cafards.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Flavien Berger voyage dans le temps !

Flavien Berger voyage dans le temps !

Dialogue et live science-fictionnels avec le compositeur du langoureux « Contre-temps », en public et en direct du Marché Dauphine de Saint-Ouen. Au pied d’une soucoupe volante !

François Schuiten : « La BD, c’est l’Atlantique à la rame, tous les jours »

François Schuiten : « La BD, c’est l’Atlantique à la rame, tous les jours »

Cofondateur des mythiques « Cités obscures », le dessinateur belge s’engouffre dans l’univers chéri de Blake et Mortimer pour une aventure pharaonique… qui signerait ses adieux à la BD. By Jove !

« Vous ne comprenez rien à la lune », par Alice Zeniter

« Vous ne comprenez rien à la lune », par Alice Zeniter

Un demi-siècle après Neil Armstrong et son grand pas pour l’humanité, la romancière de « L’Art de perdre » aborde le spleen des moonwalkers, le temps d'un duo récit-danse avec le chorégraphe Orin Camus.