Aller au contenu principal

Un seul professeur : Choron !

Pour la rentrée des classes, réédition des « Mémoires de guerre et d’humour » du samouraï boule à zed à l’origine de « Hara-Kiri » et de « Charlie-Hebdo ».

Le professeur Choron

« Un monstre de vie. Une intelligence rageuse. Une étoile filante qui ne file pas, qui reste en stationnaire, qui vous éclabousse de sa violence rentrée d’étoile statique. L’amour, la force, l’humour, le travail, l’alcool, la déraison, la logique, la destruction, la précision. Choron est un ogre de douceur, pour qui n’a pas peur de prendre des coups », écrit Jean-Marie Gourio en préambule des Mémoires de guerre et d’humour du Professeur Choron, publiées en 1993 et rééditées le 20 septembre chez Wombat. L’autobiographie du samouraï boule à zed à l’origine de Hara-Kiri et de Charlie-Hebdo, pour comprendre comment le jeune et miséreux Georget Bernier (1929-2005), ouvrier, voyou, escroc ou gigolo, engagé deux ans dans le bourbier de la guerre d’Indochine, vendeur de journaux sur le pavé, est devenu Choron, éditeur, chanteur, bricoleur cathodique et satiriste impitoyable, le cul dans la choucroute et la bite au champagne – sans qui la presse française n’aurait pas eu la même gueule.

Le professeur Choron

« Avec ses polos et son fume-cigarettes, Choron représentait une sorte d’aristocratie populaire, anarchiste, scatologiste, pornocrate et réactionnaire... Ce gourou ambigu du déconnage, de l’irrespect – et des provocations machistes – fut indirectement un des pères spirituels des agités de mai 68, qu’il aurait traité de chienlit gauchiste ! Et des punks ! Car Choron fut un paradoxe permanent (…), comme l’observait notre professeur contre-culturel favori, Jean Rouzaud, en 2015,  saluant cet « Iconoclaste, cet Attila de magazine, cet insatiable de la rigolade, du mauvais goût et de la méchanceté gratuite, puisque animaux, femmes enceintes, bébés et vieillards passaient tous au hachoir. Quant à l’homme, je le trouvais tendre, plutôt classe, romantique, avec son regard triste et son sourire carnassier ».

L’émission de ce soir sera entièrement dédiée à Choron via son bréviaire d’art de vivre, célinien par endroits, qui célèbre les fous, l’amour coup-de-poing et le dépucelage au camembert, intitulé Vous me croirez si vous voulez. Banzaï !

Une émission conçue et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Programmation musicale : Michael Liot & Guillaume Girault.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Sophie Divry : « Pour des romans difformes »

Sophie Divry : « Pour des romans difformes »

Lauréate 2018 du Prix de la Page 111, l’autrice lyonnaise de « La Condition pavillonnaire » milite pour une littérature « carnavalesque, farfelue ou enfantine ».

Luz : « Ancré dans l’encrier » (2/2)

Luz : « Ancré dans l’encrier » (2/2)

Lumière sur la bibliothèque mentale du dessinateur de « Catharsis » : Dostoïevski, Gide, Ballard… et, tôt ou tard, « Le Lambeau » de Philippe Lançon.

Luz : « Ancré dans l’encrier » (1/2)

Luz : « Ancré dans l’encrier » (1/2)

Lumière sur les années Charlie du dessinateur de « Catharsis ». En deux épisodes d’une heure, il rend hommage au génie de Cabu, de Charb ou de Gébé… tout en nous racontant beaucoup, beaucoup de bonnes blagues.