Aller au contenu principal

Retour aux Cités Obscures

La fresque « urba-tecturale » de Schuiten et Peeters se déploie en intégrale. Promenade mentale dans les méandres du premier volume, vertigineux.

Les Cités Obscures Schuiten Peeters

« Où se trouve cet univers ? Avons-nous des moyens de l’atteindre ? » demande l’archiviste Isidore Louis. La réponse est oui, cette semaine encore plus, avec la publication du premier volume de l’intégrale des Cités Obscures, sidérante fresque « urba-tecturale » entamée en 1982 par les Belges Benoît Peeters (scénario) et François Schuiten (dessin), qui imaginent un très vaste monde parallèle et mystérieusement connecté au nôtre, où les villes sont des héroïnes en mutation.

« Absolument ni réactionnaire ni progressiste », comme l’a écrit le philosophe et romancier Tristan Garcia à l’occasion des 30 ans de cette oeuvre « ni utopique, ni dystopique », les Cités Obscures essaient sans cesse de ressusciter l’enthousiasme initial pour le progrès – de la médecine, de la physique, de la chimie, des transports, de la communication – en déterrant (…) la croyance fervente et naïve au premier élan de la technique. En fait, toutes les Cités sont un vaste dispositif destiné à préserver pour notre imaginaire la joie de la pure possibilité du progrès, en l’arrachant à l’amertume de sa réalisation : de l’industrie lourde, du désastre écologique, de l’abattage industriel, de l’agriculture intensive, de l’automation, de l’individualisme nourri par la démocratisation des moyens de communication et de production, des ratés de l’urbanisation, de la bombe atomique, des armes chimiques, des guerres mondiales, de la colonisation, de notre méfiance désormais instinctive envers toute émancipation de l’être humain par la science, la technique ou le progrès. Les Cités Obscures, ce sont les archives du projet des Lumières, avant leur extinction à l’âge du soupçon… »

Samaris Nova Book Box

Lumière sera faite ce soir sur les 4 premiers albums contenus dans ce somptueux « Livre 1 » (éditions Casterman), des Murailles de Samaris à L’Archiviste, en passant par La Fièvre d’Urbicande – meilleur album du festival d’Angoulême en 1985 –, Les Mystères de Pârhy et le Guide des Cités… « Les gens semblent du reste le sentir. De plus en plus nombreux, ils viennent se masser au bord du fleuve. Ils savent d’ores et déjà que rien ne pourra interrompre la progression du réseau. »

Une émission conçue et animée par Richard Gaitet, réalisée par Sulivan Clabaut. Programmation musicale : Guillaume Girault.

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard GAITET
Lundi-Jeudi 21H00-22H00

Scénarios pour l’an 2100 : nos futurs (1/2)

Scénarios pour l’an 2100 : nos futurs (1/2)

Conversations divinatoires sur le 21e siècle, avec Cécile Coulon, Alban Lefranc, Brigitte Giraud et Laure Limongi, collectées lors de la 21e édition des Correspondances de Manosque.

Lorenzo Mattotti : « Ne pas avoir peur de la douceur »

Lorenzo Mattotti : « Ne pas avoir peur de la douceur »

Admiré par Lou Reed, le dessinateur italien adapte au cinéma avec brio et poésie ce classique pour enfants signé Dino Buzzati, « La Fameuse invasion de la Sicile par les ours ». Grr !

Blandine et Loo

Exils intimes, avec Blandine Rinkel et Loo Hui Phang

Conversation croisée avec deux romancières françaises qui, chacune à leur façon, signent en cette rentrée un récit semi-autobiographique sur la fuite « violente et désirable » et nos identités multiples. Sans oublier Catastrophe, en live !