Aller au contenu principal

Opération Rimbaud Warriors (1/4)

111 kilomètres à travers les Ardennes dans les pas de l’incandescent poète adolescent. L’art de la fugue, « les doigts de pied ravis et le mollet marquant ». Épisode 1 !

Rimbaud Warriors

« Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers / picoté par les blés, fouler l’herbe menue : rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds / Je laisserai le vent baigner ma tête nue / Je ne parlerai pas, je ne penserai rien (…) Et j’irai loin, bien loin… »

Nova Book Box, saison 8 : départ dans l’affection et les bruits neufs ! Ce soir et chaque soir  jusqu’à jeudi, en quatre épisodes d’une heure, écoutons le feuilleton d’une improbable épopée : notre traversée des Ardennes sur les traces d’Arthur Rimbaud, 111 kilomètres à pied, en tentant de suivre au plus près l’itinéraire emprunté par l’incandescent poète adolescent lors de sa célèbre fugue d’octobre 1870, deux semaines à peine avant d’avoir 16 ans, quand celui-ci quitta brusquement Charleville-Mézières pour Charleroi, en Belgique, avec l’espoir vague de devenir journaliste, de gagner un peu de fric, mais surtout...de se tirer, de fuir, révolté, ce qu’il nommera plus tard « l’inqualifiable contrée ardennaise » et surtout Charleville (« supérieurement idiote ») vers lesquelles ce petit punk avant l’heure reviendra pourtant sans cesse. Fuguer, fuir à tout prix l’école, l’église, bourgeois et politiciens conspués, comme la plupart des règles en vigueur dans la société, et l’emprise de sa mère, de la Mother, qui l’étouffe. 

tombe d'arthur rimbaud

Sa deuxième fugue, qui ne sera pas la dernière. La plus importante cependant de ses « courses énormes à travers les faubourgs et la campagne », au cours de laquelle il aurait écrit certains de ses poèmes les plus connus, ses tubes : Ma bohème, Au cabaret vert, Rêvé pour l’hiver, ou l’incontournable Dormeur du val. Une échappée âpre et solitaire pour le futur auteur d’Une saison en enfer, que nous avons voulu refaire… en bande, en plein été. Liberté libre, en dehors des horloges, mises à part celles de l’amitié. Début juillet, avec une vaillante escouade de copains pour la plupart écrivains, ainsi que trois auditeurs de Nova ayant décidé de se joindre à l’aventure. Au total : 11 combattants poétiques, les Rimbaud Warriors.

forêt rimbaud warriors

Dans ce trou de verdure, nous avons longé la Meuse façon Tom Sawyer, école buissonnière rythmée par le passage des libellules ou des écluses, en tachant d’éviter les attaques de taons. Traversée d’impressionnantes forêts d’épicéas, au garde-à-vous dans de grandioses lumières, avec sur le sentier comme pour nous guider d’étranges cadavres de scarabées couleur d’encre. C’est le décor de ce premier épisode, au cours duquel nous rencontrerons un homme à la faux, un providentiel porteur d’eau, ou encore une mystérieuse poétesse gitane, cartomancienne et marionnettiste...

Rimbaud Warriors départ charleville-mezières

 

 

Un feuilleton conçu et animé par Richard Gaitet, réalisé par Sulivan Clabaut. Avec la participation de Marguerite Demoëte, Patrick Emourgeon, Julien Goetz, Bertrand Guillot, Guillaume Jan, Loradena Lemons, Aurélien Manya, François Perrin et Eva Sanchez. Programmation musicale : Michael Liot et Guillaume Girault. Logistique : Esteli Hernandez Ortiz et Théo Sebald. Remerciements éternels : Mélanie Mallet.

 

Nova Book Box
Emissions

Nova Book Box

par Richard Gaitet
DImanche 12H00-13H00

jah

Les us du Négus (live à Brest, 2/2)

Chronique du règne ubuesque du dernier empereur d’Éthiopie, Haïlé Sélassié, d’après l’enquête du journaliste polonais Ryszard Kapuściński, enregistrée en public – et en musique – au festival Longueur d’Ondes.

hs

Les us du Négus (live à Brest, 1/2)

Chronique du règne ubuesque du dernier empereur d’Éthiopie, Haïlé Sélassié, d’après l’enquête du journaliste polonais Ryszard Kapuściński, enregistrée en public – et en musique – au festival Longueur d’Ondes.

« Derniers jours du monde »

Les frères Larrieu : « Ne cède rien sur ton désir »

Cinéastes du mystère et de la sensualité, les auteurs des « Derniers jours du monde » ou de « 21 nuits avec Pattie » déshabillent ce qui les unit aux écrits de Philippe Djian, Dominique Noguez, Gabrielle Wittkop ou Jim Harrison.